Emirates Team New Zealand
L'Emirates Team New Zealand à San Francisco | AFP

Un Mega soutien pour Team Zealand ?

Publié le , modifié le

Malgré la déception immense dans les rangs de Team Zealand, certains Kiwis ont déjà la tête tournée vers la prochaine édition. Si le gouvernement pourrait retirer sa contribution de 36 millions de dollars néo-zélandais, un nouvel investisseur s'est déclaré : Kim Dotcom. Le sulfureux fondateur de Megaupload, exilé en Nouvelle-Zélande, a saisi l'occasion de voler au secours de la voile néo-zélandaise. Cocasse pour un homme accusé de piraterie et dont les USA ont demandé l'extradition.

La Nouvelle-Zélande avait rêvé de voir son équipe ramener la Cup et ses 500 millions de dollars de retombées économiques. L'organisation de l'épreuve est coûteuse mais elle génère aussi d'importants bénéfices. C'est dans cette optique que le gouvernement avait apporté son aide au challenger. Après l'incroyable défaite, le Premier ministre John Key hésite à reconduire ce partenariat de 36 millions de dollars néo-zélandais (22,1 millions  d'euros). Sans cette aide, Team New Zealand va devoir se tourner vers un investisseur privé. Cette idée fait déjà son chemin dans les médias. "Les supporteurs Kiwi ont adoré cette course folle. Mais le gouvernement devrait laisser la place à un riche investisseur assez fou pour se  battre contre l'homme à la cinquième fortune mondiale" (Larry Ellison, patron  d'Oracle), écrit le Dominion Post dans son éditorial. "Peu importe l'endroit où se déroulera la "Cup", nos marins et notre  industrie navale ont construit leur réputation avec elle", renchérit le New  Zealand Herald.

Dotcom le pirate

Habitué des coups de pub, le sulfureux magnat d'internet Kim Dotcom, ex-Kim  Schmitz qui a changé son nom en s'installant en Nouvelle-Zélande en 2011, a  aussitôt proposé son aide. "Le Premier ministre John Key dit qu'il ne subventionne plus Team NZ? Je  dis iMega deviendra le parraineur de Team NZ et nous gagnerons la prochaine  fois. iAmericasCup", a écrit sur son compte Twitter l'ancien patron de  Megaupload, libéré sous caution à Auckland dans l'attente d'une audition sur  son extradition aux Etats-Unis pour piraterie en ligne. Kim Dotcom estime que le coût de ses procès avoisinent les 50 millions de  dollars. Autre mauvaise nouvelle pour l'équipe néo-zélandaise, son patron depuis une  décennie Grant Dalton est sur le départ. "J'ai toujours eu l'impression qu'il  serait difficile à l'équipe de rester ensemble, en particulier sur le plan  financier. Il y aura probablement de la volonté (d'être présent), mais j'ai  probablement fait mon temps", a-t-il déclaré à la presse.

Coupe de l'América