etnz déception kiwis 092013
La déception à bord d'Emirates Team New Zealand | AFP

Les Kiwis tombent de haut

Publié le , modifié le

Alors que le Graal leur tendait les bras, les Néo-Zélandais d'Emirates Team New Zealand ont subi l'un des plus formidables retournement de situation de toute l'histoire du sport, après leur défaite mercredi dans la Coupe de l'America face au détenteur américain, Oracle Team USA. La presse locale rend à la fois hommage aux vainqueurs, et démontre à quel point la désillusion est importante dans un pays où la voile tient une place importante.

C'est "un haut le coeur pour la Nouvelle-Zélande", résume le site d'actualités stuff.co.nz, alors que la compétition avait été très suivie par le peuple néo-zélandais.Pour le site internet du Fairfax Media, "il est difficile de ne pas être d'accord avec la notion de plus grand come back de l'histoire du sport", alors que les Américains de s'imposer 9 à 8, après avoir été mené 1-8. Selon le commentateur sportif Mark Richardson, la défaite des Néo-Zélandais  qui se sont beaucoup investis sera difficile à digérer. "On a eu notre chance pour gagner, et c'était quand nous menions 8-1, Oracle est revenu d'entre les morts, ils ont vraiment amélioré leur bateau",  a-t-il estimé. "Est-ce qu'on s'est planté ? est-ce qu'ils nous ont battus ? Je pense que  c'est un peu des deux".

Même le Premier ministre John Key s'est exprimé à la manière d'un supporteur déçu en postant sur un réseau social "bugger", qui signifie à peu de choses près "et merde !". Si le dirigeant néo-zélandais s'exprime de la sorte, c'est sans doute aussi parce que son gouvernement a dépensé pas moins de 22 millions d'euros pour permettre au "challenger" à récupérer la coupe gagnée par la Nouvelle  Zélande en 1995 et perdue en 2003. Le Premier ministre avait indiqué la semaine dernière qu'il serait difficile d'injecter une telle somme d'argent pour la prochaine édition, si d'aventure les Kiwis devaient s'incliner...

Selon le commentateur sportif, Peter Lester, ce succès est dû en grande partie au milliardaire Larry Ellison, ce dernier ayant décidé de débourser de grandes sommes d'argent lors des derniers jours de compétition afin d'améliorer la technologie du catamaran américain. "Les joujoux du patron ont gagné aujourd'hui", a-t-il résumé, non sans avoir par la suite essuyé quelques critiques.

Romain Bonte

Coupe de l'América