Dean Barker
Le skipper néo-zélandais Dean Barker | AFP - JOSH EDELSON

Dean Barker quitte le projet Team New Zealand

Publié le , modifié le

La rumeur courait depuis déjà plusieurs jours et elle a été confirmée jeudi: Dean Barker, skipper emblématique d'Emirates Team New Zealand, a été débarqué et ne barrera pas le catamaran AC62 néo-zélandais pour la Coupe de l'America 2017 aux Bermudes.

"Nous espérons garder Dean et ses vingt ans d'expérience de la Coupe de l'America", a déclaré dans un communiqué le "boss" d'Emirates Team New Zealand  (ETNZ), le charismatique Grant Dalton. "Mais nous considérons aussi qu'il est  temps de donner à quelqu'un de plus jeune la barre du bateau qui représentera notre pays", a-t-il souligné. Ce jeunot, ce sera Pete Burling, 24 ans, dernière pépite d'une voile "kiwi" qui regorge de talents. Il partagera la barre du futur multicoque de 19 m avec Glenn Ashby, qui assumera aussi les fonctions de directeur sportif. Burling a déjà un palmarès impressionnant, avec entre autres une médaille d'argent aux JO-2012 en 49er ainsi que cinq titres de champion du monde en 420  (2006/2007), 49er (2013/2014) et Moth, en janvier dernier.

Il avait à cette  occasion battu une ribambelle de spécialistes de la Coupe de l'America... dont Barker. Skipper attitré de Team New Zealand depuis 2000, Barker est né à Auckland. Il a tiré ses premiers bords dans la baie d'Hauraki et gravi toutes les marches  de la voile de compétition, commençant par un Optimist offert par son père dès l'âge de 9 ans. Son curriculum vitae est éloquent: une Coupe de l'America (2000), deux  Coupes Louis-Vuitton, les éliminatoires des challengers (2007 et 2013). Plus  quelques championnats du monde et des JO en Finn pour s'occuper...

Finaliste malheureux en 2013

Pour beaucoup, cependant, il restera le finaliste malheureux de la "Cup"  2013 à San Francisco. Menant le "defender" américain Oracle Team USA par 8 victoires à 1, il avait la 34e "Cup" dans la poche... Jusqu'à ce que les Américains réalisent l'un des plus beaux come-back de l'histoire du sport et l'emportent finalement par 9 à 8. Dalton souhaite que Barker reste avec l'équipe en tant qu'entraîneur  responsable de la performance, mais il y a peu de chances que ça se fasse. Dans un entretien à une télévision locale, Barker s'est en effet déclaré "écoeuré" par la façon dont il est traité par ETNZ, ajoutant avoir auparavant reçu des assurances que les rumeurs de sa mise à l'écart étaient infondées.

"Je suis un marin et j'adore la compétition, a-t-il dit. Ce poste (de responsable de la performance) n'est pas un poste de navigant. C'est de la compilation de données, de l'analyse. Ce n'est pas pour ça que j'ai signé quand j'ai rejoint Team New Zealand". Des médias néo-zélandais ont laissé entendre qu'il pourrait intenter un procès à son ancienne équipe, mais cette information n'a pas été confirmée. Le site spécialisé Sail World, citant des sources américaines, a pour sa part évoqué le recrutement de Barker par l'équipe italienne Luna Rossa, également candidate pour la "Cup" 2017. Là encore, aucune confirmation à ce jour.

  Les autres challengers pour la 35e Cup, celle de 2017, sont (outre Luna  Rossa et ETNZ) Artemis Racing (SWE), Ben Ainslie Racing (GBR) et Team France  (FRA).

AFP