Le trimaran MACIF sur la Brest Atlantiques, au large de la Namibie, le 22 novembre 2019
Le trimaran MACIF sur la Brest Atlantiques, au large de la Namibie, le 22 novembre 2019 | Twitter @trimaranMACIF (Jérémie Eloy)

La Namibie bientôt dans le sillage de la Brest Atlantiques

Publié le

Pendant que le Sodebo Ultim 3 est toujours en escale technique, les trois autres trimarans de la Brest Atlantiques remontent le long des côtes de la Namibie. Le Cap est désormais dans le rétroviseur, et la flotte navigue par un petit vent. Les concurrents vont devoir choisir entre deux options.

Le Maxi Edmond de Rothschild de Franck Cammas et Charles Caudrelier restent plus que jamais en tête de la course, alors que les concurrents sont contraints d'empanner le long des côtes namibiennes. "La situation est favorable à la côte pendant la journée, parce que ça chauffe et que le vent bascule à la côte, alors que la nuit, il y a moins de vent donc il vaut mieux s'en écarter", explique le consultant météo de la compétition, Christian Dumard.

Depuis quelques heures, les leaders ont toutefois dévié vers le nord-ouest, contournant ainsi un anticyclone de Sainte-Hélène. Cammas et Caudrelier creusent l'écart sur leurs poursuivants et comptaient 309 milles nautiques d'avance ce midi (contre 304 quatre heures plus tôt) sur l'Actual Leader d'Yves Le Blevec et Alex Pella. En troisième à 314 milles, se trouvaient François Gabart et Gwénolé Gahinet à bord du trimaran MACIF (photo).

Maxi Edmond de Rothschild "est un peu plus rapide qu’eux, surtout par rapport à Actual Leader, mais en plus, le vent est un peu plus favorable au nord", précise Christian Dumard. "Comme l’anticyclone se déplace doucement vers l’Afrique, ça crée des vents moins réguliers, c’est un peu comme du gruyère, il y a parfois des trous de vent, on le voit avec les vitesses d’Actual Leader et de MACIF qui ne sont pas très régulières."

L'hémisphère Nord espéré dans cinq jours

Toujours selon le spécialiste météo, les poursuivants auront à faire un choix important cette nuit, "entre continuer à monter le long de la côte une journée de plus ou mettre le cap au nord-ouest, comme l’a fait le Maxi Edmond de Rothschild ce matin." Ce dernier circule actuellement "dans un vent pas très régulier et pas très fort", et le duo pourrait basculer dans l’hémisphère Nord aux alentours du 28 novembre.

Pendant ce temps, le Sodebo Ultim 3 reste toujours à quai au Cap. L'équipe technique tente toujours de réparer le flotteur tribord, ce qui permet au moins à Thomas Coville, Jean-Luc Nélias et Martin Keruzoré de reprendre des forces. "Une décision étant attendue sur la suite de l'aventure", indique-t-on du côté de l'organisation.