Le trimaran Maxi Edmond de Rothschild sur la Brest Atlantiques
Le trimaran Maxi Edmond de Rothschild sur la Brest Atlantiques | AFP

Brest Atlantiques : Cammas, Caudrelier et Riou résistent

Publié le , modifié le

Le vent reste en faveur du trimaran Maxi Edmond de Rothschild. A bord, Franck Cammas, Charles Caudrelier et Yann Riou oeuvrent pour conserver leur place de leaders sur la Brest Atlantiques, course qui se joue entre quatre trimarans sur une boucle de 14 000 milles dans l'Atlantique.

Après avoir vu fondre leur avance dans la nuit, Franck Cammas, Charles Caudrelier  et Yann Riou ont repris du poil de la bête dans la matinée. Au pointage de ce vendredi 12h00, le trio comptait 50 milles nautiques d'avance sur le MACIF de François Gabart, Gwénolé Gahinet et Jérémie Eloy.

Dans cette course à quatre trimarans, le Sodebo Ultim 3 de Thomas Coville, Jean-Luc Nélias et Martin Kéruzoré n'a pas encore dit son dernier mot. Ils pointent en troisième position à 151 milles des leaders. C'est un peu plus difficile pour l'Actual Leader qui ne porte pas très bien son nom... Yves Le Blevec, Alex Pella et Ronan Gladu accusent un retard de 341 milles sur les premiers.

à voir aussi Immersion avec François Gabart sur son Trimaran Vidéo 01:08 Immersion avec François Gabart sur son Trimaran

Joint par lors de la vacation hebdomadaire, Yves Le Blevec gardait le moral. "On ne lâche rien, le rythme est très bon à bord d’Actual leader, nous sommes ravis de ça et d’être où nous sommes. Le bateau va bien, il est exactement dans le même état qu’au départ", expliquait-il.

A 30 noeuds de moyenne

Faisant parfois face à des grains assez violents, le navigateur d'Actual Leader précisait que lui et ses équipiers "manœuvrent beaucoup pour essayer de faire marcher le bateau. Là, on marche entre 28 et 30 nœuds, le bateau avance bien, on est bien équilibré."

Conscient qu'il leur reste plus de 12 000 milles (sur les 14 000) à parcourir avant l'arrivée et le retour dans la Cité du Ponant, la prudence reste de mise. "On essaie de naviguer le plus vite possible, avec toujours une extrême prudence pour ne pas abîmer le bateau parce que la route est longue", a-t-il rappelé. La course ne fait finalement que commencer !