voile martinez fernandez 042011
Iker Martinez et Xabi Fernandez | Barcelona World Race

Barcelona World Race: Martinez et Fernandez deuxièmes

Publié le , modifié le

Comme attendu, Iker Martinez et Xabi Fernandez ont terminé deuxième de la Barcelona World Race. Les deux skippers espagnols ont bouclé ce tour du monde en monocoque à 09 h, 17 min et 35 sec GMT, ce mardi. Lundi, les Français Jean-Pierre Dick et Loïck Peyron (Virbac-Paprec 3) ont remporté cette deuxième édition en 93 j 22 h 20 min 36 sec.

A bord de MAPFRE, Martinez et Fernandez n'ont jamais pu combler l'écart qui les maintenait à distance de Peyron et Dick. Ils terminent leur tour du monde en 94 jours, 21 heures, 17 minutes et 35 seconde. La performance des deux Espagnols est d'autant plus remarquables, que contrairement aux deux vainqueurs qui ont effectué deux escales techniques, Martinez et Fernandez ne se sont jamais arrêter.

"Ces 94 jours de course ont paru éternels", a lancé Fernandez à son arrivée. "Si on me disait que la course a duré 105 jours, je le croirais tout autant?! Nous avons fait une très belle régate et accompli un rêve. Nous avons énormément  profité et nous n'avons pas eu de mauvais moments, si ce n'est la nuit avant le Passage du Horn, où nous avons traversé une terrible tempête avec 40 à 50 noeuds de vent", a-t-il résumé.

Champions olympiques à Athènes 2004 et médaillés d'argent à Pékin en 2008 sur dériveur, les deux Espagnols ont de nouveau brillé à bord d'un  bateau loué au Français Michel Desjoyeaux. Le "professeur" leur avait d'ailleus donné des cours de navigation et de météo pour l'occasion, ce qui a visiblement porté ses fruits... 14 mois auparavant, les deux skippers n'avaient pas la moindre expérience d'un IMOCA, mais leur volonté a fait la différence. "La course était géniale, encore mieux que ce que l’on espérait?! Ce matin, ce projet s'arrête, mais dans le futur nous aimerions revenir sur ce circuit, nous pouvons tout imaginer désormais?! Nous avons énormément appris, jour après jour", a déclaré Martinez qui promet de pouvoir mieux faire la prochaine fois.

AFP