Tour de France Vogondy
Nicolas Vogondy | AFP

Vogondy: "Une autre saveur avec le maillot bleu-blanc-rouge"

Publié le , modifié le

Comme l'annonçait Thomas Voeckler à son arrivée, "les spécialistes et les hommes de tête au classement général pouvaient s’en donner à cœur joie sur ce chrono". Si les coureurs de chez B.Box n'avaient plus rien à espérer de ce contre-la-montre de 52 kilomètres entre Bordeaux et Pauillac, Nicolas Vogondy, champion de France de la spécialité, a mis un point d'honneur à se donner à fond sur ce style d'exercice. Il termine 49e de l'étape.


Nicolas Vogondy, comment avez-vous abordé ce contre-la-montre ?

"Sur ce style d’épreuve, la veille de l’arrivée, on lâche tout. On se fait plaisir une dernière fois. Lors d'un contre-la-montre, avec ma combinaison bleu-blanc-rouge, cela donne une petite saveur particulière. En revanche, il a fallu attendre, par rapport au prologue, l’avant-dernière journée pour la remettre. C’était un petit peu long quand même".

Vos objectifs sur ce Tour de France ont-ils été respectés ?
"D’arriver à Paris c’est toujours un premier objectif personnel de rempli. Parce qu’il y avait trois semaines à faire. Les Alpes et les Pyrénées étaient particulièrement difficiles à passer cette année et d’avoir franchi ces obstacles, c’est une grande satisfaction. Personnellement, l’objectif était de gagner une étape, c’est raté !Mais bon, ce n’est pas toujours facile, on est sur le Tour de France,ça roule très vite et on ne fait vraiment pas ce que l’on veut".

En revanche, on a assisté à un grand Tour de votre équipe B.Box ?
"Au niveau de l’équipe, c’est plus que bon avec une victoire d’étape et un maillot à pois rouge à la clé. On ne pouvait pas espérer mieux pour notre formation".

C'est un gros soulagement pour vous d'arriver sur les Champs-Elysées dimanche ?
"Dimanche soir, je vais pouvoir retrouver ma femme, cela va faire du bien. Cela fait presque un mois que nous sommes partis. Cela va faire du bien de couper. On a hâte d’être sur les Champs pour que tout se termine, même si quand on est sur le Tour de France on est quand même heureux, même si c’est difficile".

Gilles Gaillard