Tour de France Vogondy
Nicolas Vogondy | AFP

Vogondy à la poursuite de son rêve

Publié le , modifié le

A 33 ans, Nicolas Vogondy fait partie des vieux briscards du peloton. Après treize ans d'une carrière agrémentée de hauts et de bas, le coureur de la B.Box est revenu au top de sa forme, ces dernières semaines, avec une victoire sur le Dauphiné et un titre de champion de France du chrono. A l’attaque lors de l’étape de Cambrai, Vogondy n’a pas encore dit son dernier mot, lui qui n’était pas certain en janvier de recourir et qui rêve d'une étape sur le Tour.

Didier Rous, son directeur sportif, dit de lui que "c'est un homme d’expérience et un coureur qui a toujoursmanqué de confiance en lui", mais qui commence à comblercette carence. C'est un peu le résumé de la carrière de Nicolas Vogondy. Professionnel à l'âge de 19 ans dans l'équipe de la Française des Jeux, où il y reste huit ans, il passe par la suite chez Crédit Agricole, Agritubel puis B.Box en alternant les bonnes et les contre performances. "Peut-être que parfois je n'ai pas été assez professionnel... Après,j'ai gagné deux fois les Championnats de France sur route (2002 et2008), je suis champion de France du contre-la-montre. Maintenant, il mefaudrait une étape du Tour de France. C'est encore autre chose.Peut-être que j'ai loupé une meilleure carrière, mais ça ne tient qu'àmoi. Je me fais plaisir et c'est le principal", explique celui qui a notamment terminé 19e du Tour en 2002.

Et depuis quelques temps, il est reparti dans la phase ascendante de sa carrière. Le 24 juin dernier, Nicolas a ainsi remporté son premier titre de champion de France de contre-la-montre. "Gagner un titre, surtout en Vendée, chez Bouygues Telecom, je pense queJean-René Bernaudeau (le manager de l'équipe) ne pouvait pas rêver mieux. C'est aussi pour le remercier de m'avoir engagé en 2010parce qu'il n'y avait pas grand-monde qui voulait de moi", rappelle le natif de Blois (Loir et Cher). Déjà quinze jours avant, Vogondy avait remporté la quatrième étape duCritérium du Dauphiné, le 10 juin à Risoul. Un peps retrouvé peut être expliqué par une coupure forcée.

L'ancien protégé de Marc Madiot n'a réellement débuté sa saison qu'en avril en raison de problèmes au coeur. Et effectivement en février, le titre de champion était très loin pour Vogondy. Le vélo aussi. "Je ne savais pas si on allait me laisser recourir ou pas", raconte le coureur, tenu au repos total en janvier et février en raison de problèmes de rythme cardiaque irrégulier", explique-t-il. "Après de nombreux tests médicaux, il a finalement décroché une licence début mars.Je n'ai jamais ressenti les symptômes décrits par les médecins. Je n'ai jamais été réveillé en pleine nuit avec le coeur qui s'emballe, je ne me suis jamais écroulé dans un fossé, je n'ai jamais eu de palpitations... Je n'y pense pas parce qu'il ne m'est jamais rien arrivé", conclut-il.

Malgré un début de Tour poussif, notamment dans les Alpes, il est certain que "néné", comme on le surnomme dans le peloton, fera parler de lui d'ici les Champs, et pourquoi pas réalisera son rêve en s'offrant une étape...

Gilles Gaillard