Thomas Voeckler en interview
Thomas Voeckler leader "charismatique" d'Europcar | MICHEL KRAKOWSKI / BELGA MAG / BELGA/AFP

Voeckler y croit "à 100 %"

Publié le , modifié le

Comme si les 100 kilomètres de contre-la-montre du 99e Tour de France ne suffisaient pas, Thomas Voeckler s'est imposé une double ration d'effort en solitaire. Victime d'une inflammation au genou droit depuis plusieurs jours, le leader d'Europcar a dû mettre pied à terre en attendant le feu vert des médecins. Son retour sur le vélo est prévu en début de semaine avec une condition physique à refaire. Enfin, si le genou le permet…

 

"J'espère". Eternel optimiste, Thomas Voeckler carbure à l'envie de défendre ses chances sur le Tour. Héros de l'édition 2011 où il avait terminé 4e après une longue épopée en jaune, le Français a retrouvé quelques couleurs après des journées à broyer du noir sur son canapé, la jambe droite à l'équerre. "Je cogite un peu car ça tombe au plus mauvais moment. Il y a quelques jours, je n'arrivais plus à faire le geste de pédaler. Maintenant, j'ai bon espoir, a-t-il confié dimanche lors de l'émission Stade 2. Dans ma tête j'y suis à 100 %."

Pas la préparation idéale

De là à briller comme l'an passé, cela semble très improbable. "Il faut être lucide. Sur les vingt jours qui auront précédé le Tour de France, j'en aurais fait douze sans vélo. Ce n'est pas la préparation idéale, a avoué Voeckler. Si je me présente au départ, c'est que ma santé est bonne. La condition physique ne sera pas celle que j'espérais. On verra au jour le jour." Dans l'équipe vendéenne, on reste suspendu aux nouvelles. C'est un peu panique dans l'oreillette…

A Rolland de jouer ?

"Vu sa blessure, ça inquiète un peu toute l'équipe, confirme Christophe Kern qui avait quitté prématurément le Tour en 2011 à cause d'une blessure. En plus c'est le Tour de France. Sans Thomas, il y aura un grand vide." Voeckler ne sera sans doute pas forfait mais Europcar devra plutôt miser sur ses jeunes pousses pour revenir dans la lumière. Un nouveau rôle de leader Pierre Rolland, vainqueur à l'Alpe d'Huez et meilleur jeune du Tour 2011, pourrait peut-être assumer même si le parcours est peu trop "roulant" pour lui.