Voeckler, 16e étape, Bagnères-de-Luchon
Thomas Voeckler, vainqueur magnifique | Lionel Bonaventure

Voeckler le bel échappé

Publié le , modifié le

Parti dans la première échappée du jour de cette 16e étape après vingt kilomètres de course, Thomas Voeckler est passé en tête au sommet des quatre cols de la journée, distançant un à un tous ses adversaires, pour s’imposer en solo à Bagnères de Luchon.

Le départ de cette étape donné à Pau était agité avant qu'un groupe de trente-huit coureurs ne se détache après une vingtaine de kilomètres de course, peu avant le premier sprint intermédiaire. Voigt, Hincapie, Voeckler, Izaguirre, Stortoni, Martin, Taaramae, Feillu, Ten Dam, Costa, Karpets, Kiryenka ou Kessiakoff notamment, prenaient la tête et s'annonçaient comme les animateurs de la journée. Tous ces hommes passaient le col d'Aubisque ensemble quand le peloton tenait un petit rythme lâchant peu de coureurs. Seule animation de cette première ascension classée hors catégorie, la bataille pour le Maillot à Pois entre Voeckler, Kessiakoff et Sorensen, tous trois bien placés dans ce classement et présents dans l'échappée. Le Français passait en tête au sommet de l'Aubisque mais ne reprenait que cinq points au Suédois, deuxième.

Voeckler, le coup de boutoir

Dans le Tourmalet, seconde difficulté du jour, elle aussi classée hors catégorie, les événements se bousculaient. D'abord sous la houlette de Dan Martin qui passait le premier à l'offensive. Puis, à 9 kilomètres du sommet à l'initiative de Thomas Voeckler, qui entamait son tour de force, attaquant une première fois. Le grimpeur irlandais et Brice Feillu parvenaient à l'accompagner. Trois kilomètres plus tard, le vainqueur de Bellegrade-sur-Valserine haussait de nouveau le ton. Cette fois Martin était décramponné, laissant les deux Français prendre le large. Kessiakoff, Voigt, Ten Dam, Stortoni et Sorensen formaient un groupe de poursuivants, auquel venait rapidement s'ajouter, Vinokourov et Hincapie.

Entre les cols du Tourmalet et d'Aspin, le groupe de poursuivants perdait du terrain sur les deux hommes de tête. Kessiakoff était lui distancé, laissant Voeckler lorgner sur son Maillot à Pois. Dans le col d'Aspin, difficulté de 1re catégorie, Chris Anker Sorensen et Jens Voigt accéléraient et prenaient le large à la poursuite des deux Tricolores. Vinokourov se joignait à cette poursuite à quelques encablures du sommet. Dans le peloton Maillot Jaune, Cadel Evans craquait sur les rampes d'Aspin, décroché par le rythme imposé par l'équipe Liquigas et basculait avec des dizaines de secondes de retard.

Feillu, ultime victime

Avant le col de Peyresourde, Izaguirre venait grossir les rangs du groupe de poursuivants, au courage. Mais l’accélération de Sorensen et de Vinokourov dans l'ascension finale de 1re catégorie le condamnait à nouveau, comme Voigt qui craquait. Le Danois et le Kazakh fondaient sur le duo de tête. Voeckler s’en rendait compte et déposait Brice Feillu à sept kilomètres du sommet. Dans le même temps, Chris Anker Sorensen lâchait son compagnon et  restait seul poursuivant de « Ti Blanc ». A l’opposé, Thibaut Pinot se retrouvait distancé par le groupe Maillot Jaune, à l’image d’un Cadel Evans en perdition.

Le requin n'a pas les dents

Le Français d’Europcar fendait lui la foule sous les vivas d’une foule déchaînée. Nombre de favoris craquaient sous les coups de pédale d’Ivan Basso qui préparait l’attaque de son leader Vincenzo Nibali. A 4 kilomètres du sommet final, « le requin de Messine » passait à l'offensive. Le groupe des favoris se réduisait immédiatement à peau de chagrin. Froome, ramenait tout de même avec aisance son leader Bradley Wiggins dans la roue de son poursuivant au classement général, mais personne d’autre ne pouvait suivre le rythme. Malgré une autre tentative, Nibali basculait avec les deux hommes dans la descente vers Bagnères de Luchon. A l’avant, Voeckler ne se posait plus aucune question et filait tout droit vers sa quatrième victoire sur les routes du Tour. Le dernier kilomètre confinait au bonheur voire à l'extase pour celui qui fut Maillot Jaune sur le Tour l'an dernier. Accompagnée du Maillot à Pois, la victoire était d'autant plus belle.

Le dernier kilomètre de Thomas Voeckler

Voir la video

Voeckler à la descente du vélo : " Je ne me rends pas compte"

Voir la video

Voecler : "Je partais pour le Maillot à Pois"

Voir la video

 

Jerome Carrere