WTA Razzano service 032010
Virginie Razzano | AFP - Karim Sahib

Virginie Razzano jouera pour Stéphane

Publié le , modifié le

La Française Virginie Razzano jouera Roland-Garros malgré le décès de son fiancé et ancien coach Stéphane Vidal, décédé lundi à l'âge de 32 ans des suites d'une tumeur au cerveau. Dans un témoignage bouleversant, la Française explique son choix.

Le courage de Virginie Razzano force le respect, l'admiration. La joueuse française, qui savait depuis longtemps que son compagnon, Stéphane Vidal, était condamné par la maladie, a pourtant décidé d'exaucer les dernières volontés de son fiancé. Cet ancien coach, âgé de 32 ans, avait souhaité que Virginie s'aligne aux Internationaux de France. Pour lui. Pour sa mémoire. "Il y a quatre ou cinq jours je lui ai demandé: "est-ce que tu veux que j'aille jouer à Roland-Garros?", il m'a dit: "oui il faut que tu ailles jouer" Parce que, son intention, c'est que je continue ma vie, que je joue aussi pour lui et que je continue à être forte et à me battre", raconte avec émotion la joueuse de 28 ans au quotidien L'équipe. 

Le couple s'était formé il y a onze ans, dans le club de tennis tenu par les parents de Stéphane Vidal. Depuis, Virginie et Stéphane ne se quittaient plus, même si l'annonce de la maladie du fiancé, une tumeur au cerveau incurable, diagnostiquée il y a déjà neuf ans, fut un véritable choc. Dès lors, le jeune homme fit preuve d'un courage hors-norme ("il ne se plaignait jamais" rappelle Razzano), notamment pour réapprendre à écrire ou à marcher, après que la maladie l'a rendu hémiplégique. Dans les derniers temps, Stéphane s'arrangeait même, avec la complicité de ses parents, pour cacher l'aggravation de son état de santé à son amie pour que celle-ci puisse continuer à jouer sans être perturbée. C'est ce même désir de voir Virginie continuer à se battre sur le terrain qui l'a poussé à lui demander de jouer à Roland Garros. Virginie le fera pour lui. L'émotion sera sans doute forte mais la Française est animée d'une volonté admirable. "Sa force, j'en ai hérité".

Julien Lamotte