Richard Virenque
Richard Virenque | Romain Bonte

Virenque: "Un Tour très stressant"

Publié le , modifié le

Richard Virenque nous a donné son sentiment sur le tracé de la 101e édition du Tour de France, qui s’élancera en juillet prochain de Leeds. Pour Virenque, vainqueur de sept étapes sur la Grande Boucle, cette édition devrait être "très stressante".

Richard, que pensez-vous de ce tracé un peu particulier ?
- Je trouve que c’est un Tour qui va être à suspense. Il va falloir être patient pour les coureurs qui ambitionnent un bon classement au général. Ils vont peut-être être piégés avant, avec des premières étapes assez compliquées, venteuses, … En dehors de l’étape des pavés, le cinquième jour, qui va faire beaucoup de dégâts, il faudra attendre la 10e étape pour voir les leaders s’illustrer.

Comment définir ce Tour ?
- C’est un Tour qui va être très stressant pour les coureurs qui viseront le classement général. Aujourd’hui, si l’on regarde le tracé, on ne peut pas dire que c’est un Tour pour tel ou tel coureur. Ca va être un peu la roulette russe. La question va être ‘qui va passer au travers de toutes ces embûches ?’ Et avec ce contre-la-montre individuel, je vois un Tour très serré au niveau du temps. Je vois beaucoup de coureurs dans le même temps. C’est surtout un Tour rêvé pour les sprinteurs.

Est-ce que cela peut faire l’affaire d’un coureur français ?
- Au général, quelques Français pourront s’en sortir, mais cela me paraît quand même compliqué. Moi je vois bien un coureur comme Christophe Riblon tenter de frapper un grand coup pour prendre de l’avance et passer au travers des embûches, mais il y a beaucoup de pièges dans ce Tour. Physiquement, il faudra être là, je pense à la Planche des Belles-Filles, Hautacam, … Pour les Français, j’espère que l’on ne sera pas à la diète comme on l’a été l’an passé, à part Riblon qui a gagné à l’Alpe d’Huez.

Auriez-vous aimé courir ce Tour de France ?
- C’est un Tour qui ne m’aurait pas vraiment plu. Les choses ne sont pas écrites d’avance dans ce Tour. Il y aura trop de stress, cela ne m’aurait vraiment pas plu. De se faire jeter comme ça dès la cinquième étape avec les pavés, alors que vous êtes là pour faire un grand Tour, attendre dix jours avant la première explication de montagne, c’est très compliqué.

Quel podium voyez-vous sur les Champs-Elysées ?
- Ah c’est très difficile de savoir qui va pouvoir passer au travers des embûches. Je vois pourquoi pas un retour d’Alberto Contador, qui sait mettre des pièges aux autres. Après, on a vu cette année Chris Froome piégé, et s’en sortir sans ses coéquipiers. Il n’y a finalement que trois étapes de montage, et il ne faudra pas les louper. Ce sera un Tour très stressant.

Romain Bonte