Violences policières : LeBron James et des stars du sport US en colère après la mort de George Floyd lors de son interpellation à Minneapolis

Publié le , modifié le

Auteur·e : Xavier Richard
LeBron James

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L’Amérique est de nouveau en émoi après le décès tragique de George Floyd, un afro-américain de 46 ans, à la suite d’une arrestation brutale dans les rues de Minneapolis. Ce drame a provoqué la colère de nombreux sportifs parmi lesquels LeBron James, Odell Beckham Jr, Jaylen Brown ou encore Steve Kerr.

« This… …is why » (voilà… …pourquoi). D’un côté, un policier, genou sur le cou de George Floyd quelques minutes avant de décéder. De l’autre Colin Kaepernick, l’ancien quarterback star des 49ers genou au sol pendant l’hymne américain pour protester contre le racisme et les violences policières à l’encontre des Afro-Américains. Une position que l'ex-QB de San Francisco a payé cher puisqu'il a depuis été rejeté pour toutes les équipes de NFL même s’il reste l'un des ambassadeurs stars de Nike. Aujourd'hui encore, le message de Kaepernick reste d'actualité.  Ce montage photo est l’oeuvre de LeBron James publié sur son compte instagram à l’attention de ses 65 millions d’abonnés et de ceux qui feignent encore d’ignorer les actes racistes de la police américaine. Et pour enfoncer le clou, LeBron James s’est fendu d’une petite explication de texte dans les commentaires. "Est-ce que vous comprenez maintenant !! ?? !! ?? Ou est-ce encore flou ?"

LeBron James monte au créneau

Comme bon nombre de ses compatriotes, le joueur des Lakers est entré dans une colère noire mardi soir après l’annonce de cette nouvelle bavure policière visible sur un live facebook de 10 minutes. "LBJ" est un des sportifs les plus sensibles à ce combat et un opposant notoire au président Donald Trump, alors que les Etats-Unis sont dans une année d'élection présidentielle. Considéré comme un athlète "activiste", il était déjà très en pointe en 2014 lorsque le décès d’Eric Garner, dans des circonstances similaires, avait conduit au mouvement Black Lives Matter (la vie des noirs compte). Issu d’Akron (Ohio), une ville déshéritée où le taux de criminalité est assez élevé, James a fait de la justice sociale un de ses chevaux de bataille en dehors des parquets.

Après le décès de Floyd qui a fait dire au maire de Minneapolis Jacob Frey qu’"être noir aux Etats-Unis ne devrait pas être une condamnation à mort", "King James" a été rejoint par de nombreuses figures du sport US comme la star du football américain Odell Beckham Jr pour qui "ce monde est écœurant". Jaylen Brown des Celtics de Boston (NBA) pense que "s’il avait été là, il se serait fait arrêter". Le coach de Golden State Steve Kerr a lui exprimé sa colère sur twitter : "C’est un meurtre. C’est révoltant. Sérieusement, qu’est-ce qui ne va pas chez nous ???" Les quatre policiers en cause ont d'ores et déjà été licenciés.

Mais le plus touché a été Stephen Jackson, un ancien joueur des Spurs et des Warriors, qui était proche de la victime. "Floyd était mon frère. On s'appelait 'les jumeaux'. Mon frère était là, au Minnesota, parce qu'il changeait de vie, il conduisait des camions (…) Il faisait ce qu'il était supposé faire, et vous l'avez tué. Je suis en route pour le Minnesota. (…) Justice sera faite. Ils vont faire un gros chèque à tes enfants de la part de la police de Minnesota, tu peux compter là-dessus", a-t-il écrit parmi les nombreux messages postés sur son compte. Jackson va se joindre aux milliers de personnes qui sont spontanément descendues dans les rues de Minneapolis pour exprimer leur colère.