Alexandre Vinokourov (Astana) portrait TDF 2011
Le Kazakh Alexandre Vinokourov (Astana) | Isabelle Trancoen

Vinokourov, un dernier pour la route

Publié le , modifié le

Yeux bleus, regard d’acier, soleil de plomb. Alexandre Vinokourov est une publicité vivante pour le Kazakhstan. Il en est le porte-drapeau, l’emblème, une équipe à lui tout seul. Chez Astana, « Vino » est bien entendu le leader avec de goûter à la retraite. Du vélo, l’icône kazakhe passera à la voiture de directeur sportif pour continuer à porter haut les couleurs de son pays.

C’est un secret pour personne. Même l’intéressé l’avoue facilement. « Oui, c’est mon futur de diriger. On va décider après le Tour. » D’ici là, Vinokourov va encore endurer trois semaines de souffrance en essayant de réaliser des coups. Le général, ce n’est plus pour lui. « Le podium à Paris ? C’est vraiment dur une course de trois semaines. J’ai quand même 37 ans. Je préfère voir jour après jour comment je me sens. Bien sûr que j’aimerai bien reporter le maillot jaune un jour. On ne sait jamais. Aujourd’hui, j’ai une trentaine de secondes de retard, ce n’est rien. Ça reste un objectif réalisable. »

Pour le moment, le Kazakh n’a pas encore puisé dans ses réserves malgré une tentative dans le final du Mont des Alouettes et un chrono à bloc. « Ça va, je suis bien en forme dans ce début de Tour », nous a-t-il confié au départ à Olonne-sur-Mer. La 3e étape du Tour, ce n’est pas pour lui. Pas question de tenter quoi que ce soit. En revanche, la mésaventure de Contador a redonné une piqûre de rappel à tous les favoris. « Ces étapes nerveuses font parties de la course, c’est le Tour de France, c’est normal. Aujourd’hui, on va tous rouler à bloc ; On va essayer de courir devant pour éviter les problèmes. »

Dans cette première semaine, c’est un autre final qui a retenu l’attention de « Vino », celui de Mûr-de-Bretagne avec ses 2 km de montée à presque 7 %. Une arrivée taillée sur mesure pour …Philippe Gilbert. « Ça m’intéresse mais avec Gilbert, c’est difficile (rires). On va essayer… » Infatigable Vinokourov.