Vinkourov Alexandre victoire TDF
La joie d'Alexandre Vinkourov à l'arrivée à Revel | AFP - Pascal Pavani

Vinokourov prend sa revanche

Publié le , modifié le

Cela devait être une nouvelle étape de transition, et comme souvent, une échappée est partie très tôt (Chavanel, Fédrigo, Flecha) mais a été reprise par le peloton à 10km de l'arrivée. C'est Alexandre Vinokourov (Astana), héros malheureux hier, qui s'imposait en solitaire avec quelques longueurs d'avance sur un peloton réglé par Cavendish (Columbia) devant Petacchi (Lampre), qui reprend le maillot Vert.

Ce matin, il avait confié: "Tout le monde sait que je vise une troisième victoire d'étape sur ce Tour, et tout le monde sait que c'est une étape typique pour baroudeurs. Mais j'ai de grandes jambes actuellement". Sylvain Chavanel ne fait pas dans le mystère. Il prémédite, et il parvient à ses fins, ou presque. 196km d'étape, pas de difficultés majeures, l'occasion était trop belle de tenter de décrocher la "belle" avant l'entrée dans les Pyrénées. Et dès le km4, il s'extirpait du peloton accompagné par Pierrick Fédrigo (Bbox) et Juan Antonio Flecha (Sky), pour une longue aventure entre trois anciens vainqueurs d'étape, pas manchots pour rouler vite. Leur avance va culminer à un peu plus de cinq minutes, avant que les équipes de sprinteurs n'entrent en piste pour réduire la distance entre les deux groupes et passer sous les deux minutes à cinquante kilomètres de l'arrivée. Puis à 35km, c'est la minute qui était franchie, dans le mauvais sens pour les échappés. A l'oeuvre, les HTC-Columbia et la Lampre, mais également la Milram. En jeu: le maillot vert repris hier par Thor Hushovd (Cervélo) grâce à un sprint intermédiaire.

Le trio de tête était donc repris à 10km du terme de l'étape du jour. Alessandro Ballan (BMC) ressortait en profitant d'un ralentissement du peloton, et Luis Leon Sanchez (Caisse d'Epargne) tentait de le rejoindre avec Alexandre Vinkourov sur le porte-bagage, bien décidé à effacer la déception d'hier sur la montée de Mende. Le Kazakh maintenait sa vitesse et lâchait les autres sur la côte de Saint-Féréol pour attaquer la descente en solitaire, Thomas Voeckler (Bbox) ayant réussi également à sortir pour le prendre en chasse. Coureur le plus combatif de la veille, "Vino" ne se retournait pas sur un peloton qui ne s'organisait pas, seule la Milram se mettant en route pour tenter de revenir. Du coup, Alexandre Vinokourov maintenait son avantage pour remporter l'étape qu'il aurait déjà pu gagner hier, et ainsi atteindre l'objectif qu'il s'était fixé. Après avoir peu goûté d'être repris par son coéquipier et leader Alberto Contador sur la montée de Mende hier, ce succès, le 53e de sa carrière, permet au Kazakh d'effacer sa frustration, ce qui devrait apaiser l'ambiance dans l'équipe Astana.

Derrière, le peloton se cassait les dents à 13", et Mark Cavendish, malgré l'absence de son poisson-pilote préféré, Mark Renshaw, montrait qu'il était encore le plus fort des sprinteurs, juste devant Alessandro Petacchi. L'Italien de la Lampre prenait encore un accessit qui lui permettait de récupérer un maillot vert perdu hier (pour deux petits points), Thor Hushovd (Cervélo) étant encore une fois incapable de faire partie des cinq plus rapides, en terminant à la 8e place.