portrait Benoît Vaugrenard (FDJ) TDF 2010
Benoît Vaugrenard (FDJ) | Florent Brard

Vaugrenard: "C'était ma dernière chance"

Publié le , modifié le

Principal animateur tricolore de la 18e étape entre Salies de Béarn et Bordeaux, Benoît Vaugrenard a, en compagnie de Jérôme Pineau (Quick Step), pris les devants dès le kilomètre 11. Malheureusement, le jeune coureur breton n'a pu aller jusqu'au bout de son rêve de victoire, repris par le peloton à 13km de l'arrivée.

Comment s’est passée cette étape ?

"On savait que les chances de s’imposer étaient minimes, l’étape ayant de fortes probabilités de se finir au sprint. L’idée était de partir avec un bon groupe pour essayer d’épuiser les équipes de sprinteurs. En début de parcours, j’ai vu que HTC-Columbia avait du mal à maîtriser les premiers kilomètres donc je me suis dit autant durcir la course. J’ai attaqué. Je pensais que ça allait faire bouger un bon groupe de costauds. Malheureusement, ça n’a pas trop suivi derrière. Il aurait fallu être au moins une bonne dizaine pour pouvoir aller au bout. C’est une déception pour moi car c’était ma dernière chance."

Les conditions ont été difficiles en raison du vent.

"Ce vent de côté était vraiment un handicap. Devant, on le sentait pas mal, j’imagine que derrière, il devait y avoir beaucoup de tensions. Quand il y a du vent comme ça dans ces longues plaines, c’est vraiment compliqué. C’était également long et sacrément ennuyant !"

Rendez-vous sur les Champs-Elysées ?

"On va d’abord récupérer et après on verra. Si on pense qu’il y a une petite chance, même infime, on ressaiera. Je pense malheureusement que c’était plutôt aujourd’hui."

Avant le Tour vous aviez émis des doutes. Comment vous sentez-vous maintenant ?

"Si j’étais plus grimpeur, je pense que je me serais fait plus plaisir. Le profil du parcours n’était pas vraiment fait pour moi cette année. J’espère que l’an prochain il y aura plus d’étapes de transition, d’étapes pour baroudeur."

Isabelle Trancoën