Tour Montagne Peloton
Le peloton en montagne | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Une mise en bouche pyrénéenne

Publié le , modifié le

Quelques jours après les Alpes, la caravane du Tour de France aborde les Pyrénées par les vertes montagnes de l'Ariège, dimanche, jour de la 14e étape menant de Limoux à Foix sur 191 kilomètres. Avec trois cols, dont deux premières catégories, loin de l'arrivée, cette étape sied à des baroudeurs.

SUIVRE EN DIRECT L'ETAPE

Parcours: les Pyrénées pointent leur nez
L'étape est marquée par l'ascension de trois cols. A partir de Vicdessos (Km 114), village dominé par le cirque de haute  montagne de l'Endron, la route s'élève jusqu'au Port de Lers, un col de  première catégorie (11,4 km à 7 % de pentes moyennes) à l'altitude de 1517 mètres au-dessus duquel  planent souvent les gypaètes barbus.

La descente jusqu'à Massat précède les premières pentes du col de Port  avant que la route attaque le mur de Péguère, sur une voie étroite et très  raide (3,6 km à près de 12 %). Au total, une montée de 9,3 kilomètres à 7,9 %  classée elle aussi en première catégorie.  Le sommet est toutefois distant de 38,5 kilomètres de l'arrivée à Foix. Ville-étape à trois reprises, la préfecture de l'Ariège (10.000 habitants)  a accueilli une seule fois une arrivée d'étape, en 2008, année du succès du  Norvégien Kurt-Asle Arvesen.

Enjeu: affûter les armes
Le maillot jaune Bradley Wiggins (Sky) ne devrait pas trop souffrir dans cette étape et le dernier prétendant, Vincenzo Nibali (Liquigas), ne devrait pas non plus l'attaquer. C'est au conditionnel bien sûr. Le profil de l'étape et la forme des Sky confirmeront cependant ces hypothèses. "Je pense que Sky peut modérer l'allure et va essayer de courir de façon régulière", a dit Cadel Evans, quatrième au général. "Ils peuvent rester tranquilles parce qu'ils peuvent être là en nombre, prendre leur temps et rattraper le coup dans la descente. Ces ascensions sont loin du final et vu la manière dont ils défendent (le maillot jaune), il n'y a pas grand chose à faire." Avant d'aborder la dernière semaine du Tour, les leaders vont surtout s'étalonner dans les premiers monts pyrénéens avant les gros morceaux mercredi et jeudi prochain. Bref, une étape pour s'échauffer.

Coureurs à suivre: les baroudeurs au combat
Les baroudeurs seront de sortie. Côté français, Sylvain Chavanel (Omega Pharma) et Sandy Casar (FDJ) seront certainement dans l'échappée. Thomas Voeckler aussi s'il s'est remis de sa victoire alpestre. D'autres en forme comme Thibaut Pinot (FDJ) et Pierre Rolland (Europcar) ont désormais des grosses pancartes dans le dos et se préserveront pour les étapes vers Bagnères-de-Luchon et Peyragudes. Rolland jouera certainement les points de la Montagne avec seulement 11 points de retard sur Kessiakoff. En vue dans les Alpes, Luis Leon Sanchez (Rabobank) , Fredrik Kessiakoff (Astana) Robert Kiserlovski (Astana) seront aussi dans de bonne dispositions. Malgré une fin d'étape roulante et loin du dernier sommet, l'échappée en tête au Col de Port ne sera pas loin de jouer l'étape.

L'anecdote: Wiggins en Français
Après deux  semaines de course, Bradley Wiggins a enfin répondu en français à des  journalistes francophones, qui le supplient depuis le départ du Tour. Wiggins a  ainsi pu faire admirer sa maîtrise de la langue développée entre 2002 et 2007  quand il évoluait dans des équipes françaises (Française des Jeux, Crédit  Agricole, Cofidis). Il s'était toujours refusé de le faire jusqu'à présent pour  ne pas être mal interprété.

Christian Grégoire