Chute Brajkovic (RadioShack) TDF 2011
Le Slovène Brajkovic (RadioShack) | AFP - Lionel Bonaventure

Une journée sous le signe de la nervosité

Publié le , modifié le

Comme on pouvait s’y attendre, l’étape entre Carhaix et Cap fréhel s’est courue dans une grande nervosité. Du coup, les chutes ont été nombreuses et deux abandons ont été enregistrés. Certains ont malgré tout su tirer leur épingle du jeu.

Ca chute chez Saxo Bank !

La Saxo Bank n’a pas été à la fête, ce mercredi, lors de la 5e étape. La formation de Bjarne Riis a en effet dû faire face à deux chutes. A commencer par celle du leader Alberto Contador à moins de 90km de la ligne d’arrivée. Mais rien de grave à signaler. L’Espagnol a pu rapidement remonter sur le vélo et reprendre place à l’avant du peloton. Quelques kilomètres plus loin, Nicki Sörensen, champion du Danemark en titre, a lui été sérieusement accroché par une moto. Cette dernière a traîné le vélo du Danois sur plusieurs dizaines de mètres et Sörensen a dû attendre plusieurs minutes avant qu’une voiture de la Saxo Bank arrive à sa hauteur afin de lui donner un autre vélo. Au final, Contador termine 35e tandis que son coéquipier fini tant bien que mal à la 175e place.

Christophe Kern jette l’éponge

Depuis le début du Tour, l’incertitude planait autour de Christophe Kern victime d’une tendinite au genou gauche. L’Alsacien, champion de France du contre-la-montre, était « le meilleur coureur d’Europcar pour le général » comme l’a encore rappelé ce matin Jean-René Bernaudeau, manager de la formation vendéenne. Ce mercredi, la douleur finalement a été trop forte et Kern a été contraint à l’abandon, lui qui « espérait un miracle » tout en sachant parfaitement qu’ « une tendinite ne se soigne pas en faisant 200km par jour. » Kern est le troisième coureur a quitté prématurément le Tour après les abandons du Belge Jurgen Van de Walle (Omega Pharma-Lotto) et du Slovène Janez Brajkovic (RadioShack), victime ce mercredi d’une chute impressionnante à 90km de l’arrivée.

Sébastien Turgot met le turbo

Plutôt discret depuis l’entame du Tour, Sébastien Turgot (Europcar) a été aux avant-postes ce mercredi. Le natif de Limoges a en effet participé activement à l’échappée du jour, en compagnie de Tristan Valentin (Cofidis), Anthony Delaplace (Saur-Sojasun) et José Ivan Gutierrez (Movistar). Il a même brillé sur le sprint intermédiaire qu’il s’est adjugé avec panache devant Tristan Valentin. A l'arrivée, il prend la 50e place après une belle journée à l'avant.

Jérémy Roy encore aux avant-postes

143e l’an passé à l’arrivée au Champs-Elysées, Jérémy Roy (FDJ) est une des bonnes surprises de ce début de Tour. Après s’être illustré dans deux belles échappées qui n’ont toutefois pas abouti, le Tourangeau, meilleur combatif mardi, a encore mouillé le maillot, ce mercredi. Après la reprise des fuyards du jour par le peloton, Roy, en compagnie de Thomas Voeckler (Europcar), a lancé une attaque dans une bosse à 30km de l’arrivée. Mais malheureusement pour lui, il n’a pu aller jusqu’au bout. « J’étais un peu émoussé de mes précédentes échappées, a-t-il expliqué à l’arrivée. Du coup, je ne pouvais pas appuyer autant que Thomas Voeckler. Si j’avais pu, peut-être qu’on aurait pu aller au bout aujourd’hui. Malheureusement, je sentais bien que j’étais limite et je me doutais bien que Thomas allait me mettre une cacahuète derrière les oreilles. » Avant d’ajouter : « Avec la FDJ, on a évité les dégâts aujourd’hui même si j’ai eu chaud lors de la chute après le sprint intermédiaire. » Si demain, il prévoit de se mettre « un peu au repos », il y a fort à parier qu'on le reverra bientôt.

Isabelle Trancoën