portrait sourire Samuel Dumoulin (Cofidis) TDF 2010
Samuel Dumoulin de la Cofidis | Isabelle Trancoen

Une étape "nerveuse, rapide et disputée"

Publié le , modifié le

Après les chutes en série de l’étape Bruxelles-Spa, le peloton a pu se tester, ce mardi, sur les pavés du Nord. Comme prévu, les chutes et crevaisons ont pimenté la course et creuser les écarts, au grand dam de Sylvain Chavanel qui a perdu son maillot jaune dans la bataille. Une bataille dont Sébastien Minard, Anthony Geslin et Samuel Dumoulin sont sorti indemnes.

Sébastien Minard (Cofidis) : "La course a été très nerveuse et disputée. Comme prévu, il y a eu pas mal de chutes et de crevaisons et c’est ça qui a crée les écarts. Personnellement, j’ai l’habitude des pavés donc aujourd’hui, je me suis senti plutôt bien. La difficulté, c’était d’aborder ces secteurs le mieux possible et puis il fallait bien surtout bien frotter. Je suis né sur ses terres, j’adore les pavés et j’avais donc à cœur de bien faire. Mais vu que je suis revenu de blessure (luxation du coude) il y a tout juste un mois, je ne voulais pas tout gâcher en prenant trop de risque. Il y a encore de belles choses à faire sur le Tour."

Anthony Geslin (FDJ) : "Cette étape a été très compliquée. Ca roulait super vite à l’approche des secteurs pavés, il y avait des cassures et du vent, du coup, ça a borduré. Je me suis laissé décrocher pour attendre Sandy Casar qui était dans un autre groupe, j’ai fait deux secteurs à fond avec lui et après j’ai fini dans le groupe de Chavanel. Je sors indemne de cette étape mais on peut dire que les trois premiers jours ont été costauds."

Samuel Dumoulin (Cofidis) : "Je me suis arrêté à la première chute pour attendre Rein Taaramae. Après, vu que c’était nerveux et hyper rapide, je n’ai pas insisté. Avec la chute d’hier, j’ai eu un hématome au coude. Aujourd’hui, j’ai beaucoup souffert avec les vibrations sur le pavé et j’avais du mal à tenir mon guidon. Au final, ça m’a bien arrangé d’être derrière car j’ai pu choisir mes trajectoires et finir l’étape."

Isabelle Trancoën