Tour de France 2010 - Pretexte
Le Tour, promoteur des paysages de France | AFP - Joël Saget

Une étape de baroudeurs

Publié le , modifié le

La 13e étape du Tour de France relie samedi Rodez à Revel sur un tracé de 196 kilomètres à travers l'Aveyron, le Tarn et la Haute-Garonne. Une nouvelle étape de baroudeurs qui ne devrait cependant pas modifier le classement général du Tour de France. Le parcours, qui compte cinq difficultés mineures (deux côtes de troisième catégorie et trois autres de quatrième) pourrait sourire à une échappée.

Le Tour se dirige vers les fiefs cathares. Le parcours, vallonné en début de parcours, se conclut en plaine dans le pays de Cocagne, lié au pastel qui fit la fortune de la région, avant l'arrivée à Revel (9.500 habitants), ville-étape pour la neuvième fois. Deux côtes de troisième catégorie (et trois autres de quatrième catégorie) sont inscrites, la première à Ambialet (Km 72) où le Tarn dessine une boucle qui sépare le village en deux, la seconde tout près du lac de Saint-Ferréol (1,9 km à 6 %) à 7,5 kilomètres de la ligne. La course passe à Lautrec (Km 108,5), la bourgade de l'ail où habita jadis la famille du peintre Toulouse-Lautrec qui produisit une centaine d'affiches sur le cyclisme. Elle grimpe ensuite sur les villages construits sur des hauteurs, à Puylaurens (Km 131,5) et Saint-Félix-de-Lauragais (Km 174,5), deux anciennes places fortes du catharisme. Le Tour traverse une première fois Revel, à 12 kilomètres de l'arrivée, pour un circuit final déjà emprunté en 2005 par la Grande Boucle. L'Italien Paolo Savoldelli, alors coéquipier de Lance Armstrong, avait réglé cette année-là un petit groupe d'échappés.

Avec son profil relativement peu escarpé, l'étape ne devrait pas, sauf accident, influer directement sur le classement général des coureurs de tête. En effet, Andy Schleck et consorts devront préserver leurs forces pour l'étape de dimanche, clairement destinée aux grimpeurs.