Village départ 2010
Le Village départ du Tour est toujours très animé | DR

Un village à part

Publié le , modifié le

Lieu emblématique du Tour de France, le village départ attire chaque matin des centaines de curieux. Passionnés de cyclisme, journalistes de toutes les nationalités, personnalités locales et anciens-champions se retrouvent dans la ville de départ pour débriefer l’étape de la veille, se remémorer de vieux souvenirs ou simplement déguster une spécialité locale.


Toujours pareil et pourtant chaque jour différent, le village départ a le chic pour se mettre à l’heure locale. Qu’il prenne place dans le Nord, dans les Alpes ou dans le Bordelais. « Le Tour de France est aussi le Tour de la France, estime Caroline Caron, membre de l’organisation (ASO). Du coup, on cherche systématiquement à mettre en avant les spécialités locales, qu’elles soient culinaires, musicales ou artistiques ». Autour des stands garnis de charcuteries, pâtisseries et autre petites douceurs, on croise ainsi les miss régionales, les chanteurs du coin et les élus locaux.

La passion du Tour est si forte chez certains, qu’au-delà des stars locales, il est parfois possible de se retrouver nez à nez avec des personnalités du sport, du cinéma ou de la chanson. Ainsi, le village départ à, ces dernières années, reçu la visite de Ben Stiller, Alain Delon, Michael Douglas, Ben Harper, Tony Parker ou encore Robin Williams. Cette année, les organisateurs ont voulu ajouter à une touche didactique. On peut ainsi découvrir ou redécouvrir l’histoire du Tour grâce à une exposition photo. On peut aussi se mettre dans la peau d’un coureur grâce au « home trainer », un simulateur qui permet de franchir, sur de vrais vélos de course, les cols les plus mythiques de l’Hexagone.

Côté organisation, le village départ, véritable institution, inaugurée en 1888 à la Baule, est réglée comme du papier à musique. Pour que chaque matin, la partition soit jouée sans fausse note, un véritable escadron se met en branle pour orchestrer la mise en place du village. Près d’une centaines de techniciens s’activent ainsi dès 4h du matin pour monter la cinquantaine de chapiteaux des partenaires, des espaces de restauration et d’animation. Pour se faire, 50 tonnes de matériel sont chargées et déchargées des six camions-remorques. Et après un peu plus de 4h de travail, le miracle opère : le village peut ouvrir ses portes et ainsi lancer une nouvelle journée sur le Tour de France.

Isabelle Trancoën