Balles Roland-Garros
Roland-Garros n'a toujours pas le droit de s'agrandir | AFP - JACQUES DEMARTHON

Un revers pour l'extension de Roland-Garros

Publié le , modifié le

L'extension des courts de Roland-Garros sur les serres d'Auteuil a subi un sérieux coup de frein. Vendredi, le tribunal administratif de Paris a décidé d'annuler la convention entre la Mairie et la FFT autorisant cette extension. Les deux porteurs du projet devraient faire appel de cette décision.

Par deux fois, en décembre et en février, le rapporteur public avait jugé cette convention illégale. Aujourd'hui, c'est le tribunal administratif qui a stoppé le projet. Il a estimé que la délibération municipale de juillet 2011 ayant  autorisé la convention était "illégale au double motif que l'information des conseillers de Paris lors du vote de la délibération n'avait pas été suffisante et que le taux de redevance versée à la Ville de Paris en application de la  convention était manifestement trop faible au regard des avantages de toute nature consentis" à la FFT. Rien de rédhibitoire mais cela va obliger la Mairie de Paris et la FFT à revoir leurs plans et corriger ces défauts.

Vers un appel de la Mairie, et un de la FFT

"Si le tribunal prenait cette décision, eh bien on pourrait faire appel", avait indiqué le Maire Bertrand Delanoë en février dernier. Et puis s’il fallait améliorer le projet, on l’améliorerait". Selon le tribunal administratif, qui avait été saisi d'un recours d'associations de riverains, la Ville a la possibilité de demander le sursis à exécution du jugement, c'est-à-dire sa suspension, et de faire appel de la décision. Dès lors, cette extension, si elle voit vraiment le jour, ne sera pas réalisée avant plusieurs années. Le président de la FFT avait annoncé en décembre que les travaux coûteraient plus chers que prévu (340 millions d'euros au lieu de 273) et  qu'ils ne seraient pas achevés avant 2018, soit deux ans après la date initialement prévue. On se dirige plutôt vers 2019, au mieux...

"La Ville de Paris prend acte de cette décision tout en contestant ses motifs d'annulation (...)", dit un communiqué. "La Ville de Paris est déterminée à faire aboutir ce beau projet pour Paris et va se rapprocher sans délai de la FFT pour convenir ensemble de la meilleure façon de le poursuivre, dans le respect du site." La FFT ne tient pas un autre discours et a décidé, elle aussi, de faire appel de cette décision. "Contestant les motifs d'annulation, et convaincue que le projet est respectueux du site, elle fera appel de cette décision et en demandera le sursis à exécution", dit un communiqué de la Fédération. "La détermination de la FFT à mener à bien son projet demeure intacte : sa réalisation est en effet vitale pour la pérennité des Internationaux de France, élément majeur du patrimoine sportif français qui contribue au rayonnement international de la France et donne au tennis français les moyens de son développement." Gilbert Ysern, directeur général de la FFT, a refusé de se laisser abattre par cette décision: "Ce n'est pas agréable, mais ce n'est pas un coup dur", a dit à Reuters celui qui est également le directeur de la deuxième levée du Grand Chelem. "C'est une décision qui ne nous fait pas plaisir mais qui ne remet pas en cause notre détermination. Nous allons saisir la cour administrative d'appel de Paris et nous rapprocher de la mairie la semaine prochaine pour voir comment agir, mais les deux appels seront dissociés".