Tour de France Charteau
Anthony Charteau | Florent Brard

Un maillot à pois qui sauve les meubles

Publié le , modifié le

Après quinze jours de course, les B.Box sont fréquemment à l’avant de la course. Il manque pourtant pour le moment une victoire d’étape pour faire le bonheur de Didier Rous et Jean-René Bernaudeau. En attendant, les bleus et blancs se focalisent sur la défense du maillot à pois rouge de meilleur grimpeur d’Anthony Charteau. L’occasion de faire également un point sur les différentes performances des coureurs de la B.Box.

Lors de la treizième étape entre Revel et Ax 3 Domaines, les B.Box étaient encore dans la bonne échappée avec la présence de Pierre Rolland. Mais, ce dernier n’a pu prendre le bon wagon dans les derniers hectomètres de l’étape. Ce fut une fois de plus, depuis le début du Tour, Anthony Charteau qui a crevé l’écran en défendant son maillot de meilleur grimpeur. "J’ai attaqué dans l’avant dernier col du jour. J’ai repris ainsi un peu d’avance au classement de meilleur grimpeur. Puis j’ai senti que la fringale arrivait et j’ai ainsi manqué de force dans la dernière ascension", a expliqué le coureur de 31 ans. "Une fois de plus, mon équipe a réalisé un gros travail. Maintenant, si je veux ramener le maillot à Paris il faudra que je prenne une longue échappée pour engranger un maximum de points sur mes adversaires", a-t-il expliqué.

Si Charteau explose sur ce Tour, les leaders charismatiques de l’équipe ont également montré le bout du nez ces derniers jours. Entre Rodez et Revel, Pierrick Fédrigo et Thomas Voeckler, ont notamment tenté leur chance. L'an passé, les deux avaient gagné une étape et fait du Tour de leur équipe une grande réussite. Voeckler a attaqué au sommet de la côte de Saint-Ferréol, à six kilomètres de l'arrivée. Malheureusement, le champion de France n'est jamais revenu sur Alexandre Vinokourov. Fédrigo, lui, a tenté sa chance avec Sylvain Chavanel et Juan-Antonio Flecha. Mais, malgré la côte de Saint-Ferréol juste avant l'arrivée, les équipes de sprinteurs n'ont laissé aucun espoir aux échappés.

Pour le reste, les coureurs dirigés par Didier Rous et Ismaël Mottier ne sont pas en réussite depuis le départ du Tour. Pierre Rolland, souvent mis en évidence dans les échappées, a subi dans les Alpes une grosse déconvenue pour obtenir une belle place au général. Nicolas Vogondy, très costaud en juin dans le Dauphiné Libéré, est aux abonnés absents de même que Matthieu Sprick. La satisfaction vient en revanche des jeunes Cyril Gautier, souvent à l’attaque, et Sébastien Turgot, meilleur sprinteur français du peloton sur ce Tour.

Gilles Gaillard