Un dernier chrono pour la gloire

Un dernier chrono pour la gloire

Publié le , modifié le

Avant-dernière étape d'un Tour de France déjà plié, avec un contre-la-montre taillé sur mesure pour Wiggins qui aura l'occasion de conforter son maillot jaune. Puisque l'Anglais a depuis bien longtemps compris que sur ce Tour sans adversité, avec des concurrents timides et plus arc-boutés sur leurs positions que sur l'envie de l'attaquer, il lui suffisait de remporter les chronos pour finir en jaune à Paris.

Le parcours 

Le second grand contre-la-montre du Tour de France, long de 53,5 kilomètres, emprunte dans cette 19e étape, les routes planes de la Beauce, exposées au vent.  Pour rejoindre la préfecture de l'Eure-et-Loir, le parcours met le cap vers le nord-ouest sur des routes sans l'ombre d'une difficulté, faites pour les rouleurs, avec une arrivée sur une zone particulièrement dégagée près de la base aérienne.

Les enjeux

Ils ne sont pas très nombreux, si ce n'est pour Bradley Wiggins, qui n'a pour l'instant gagné qu'une étape (le 1er chrono à Besançon) de doubler la mise pour montre qu'il mérite bien son maillot jaune. Et de fait, i ll n'a pas trop à s'en faire. en cette fin de Tour, il n'y a plus de gros rouleurs encore suffisamment frais pour l'inquiéter. Sauf si son coéquipier Chris Froome décide lui aussi de se mettre en évidence.

Le chiffre: 3'33

C'était l'écart enregistré il y a seulement deux ans sur une distance quasi identique (52 km) , entre Fabian Cancellara vainqueur du contre-la-montre à Pauillac, et Bradley Wiggins qui n'avait pris que le 9e place. Depuis le Britannique a étonnamment progressé sur la discipline, au point qu'il a devancé ce même Cancellara lors du chrono de Besançon. Cette-fois, le Suisse n'étant plus là, Wiggins devrait se promener.       

L'anecdote 

Chartres accueille le Tour de France pour la deuxième fois seulement  de son histoire, huit ans aprsè la victoire de l'Australien Stuart O'Grady qui avait réglé un groupe d'échappée terminant avec plus de 12 minutes d'avance sur le peloton, et  dans lequel figurait un jeune coureur qui portait depuis peu le maillot tricolore mais encore mal connu du public français: Thomas Voeckler. C'était le lever de rideau d'une belle histoire entre l'Alsacien et le public hexagonal....Une histoire qui continue encore aujourd'hui.

Christian Grégoire