Tsonga Roland-Garros 31052012
Jo-Wilfried Tsonga à Roland-Garros | THOMAS COEX / AFP

Tsonga passe, Clément et Paire sortent

Publié le , modifié le

Après la pluie et la nuit, Jo-Wilfried Tsonga n'a pas gambergé. Le N.5 mondial a dominé l'Allemand Stebe 6-2, 4-6, 6-2, 6-1. Mené 5-1 dans le 5e set par le Belge Goffin, Arnaud Clément est revenu pour deux petites minutes. Ses dernières 120 secondes à Roland-Garros. Ça passe pour Benneteau. Benoît Paire s'est lui incliné 6-3, 6-3, 6-2 face à David Ferrer (N.6).

Jo-Wilfried Tsonga a tenu son rang mais on ne retirera pas cette impression mitigée des deux premiers tours. Un set lâché contre Andrey Kuznetsov et Cedrik-Marcel Stebe et surtout d'énormes sautes de concentration, le N.1 français pose questions. "Ce sont des jeunes qui arrivent sur le circuit, explique Tsonga au sujet de ses deux matches Ca me rappelle mes premiers tournois du Grand Chelem. On a une énergie débordante, envie de bien faire. Ce sont deux jeunes qui ont joué crânement leur chance. Je suis content d'être passé. Je n'ai pas joué trop longtemps, je serai encore frais demain (vendredi)."

Depuis le début de Roland-Garros, Jo-Wilfried Tsonga manque cruellement de régularité. Mais il gagne. Comme les autres membres du top 5, il passe des tours sans vraiment y mettre la manière et c'est déjà un point essentiel. Qualifié pour le troisième tour, le Manceau égale sa performance de l'an dernier. Jeudi, Tsonga est revenu sur le court Suzanne-Lenglen avec un visage plus conquérant. "Hier, je n'étais pas très serein", a-t-il reconnu. Les conditions étaient compliquées et je me suis embourbé dans un match difficile. La terre très lourde ne m'avantageait pas. C'était difficile de le mettre hors de portée. Ce matin, les conditions étaient réunies pour que je m'impose." Résultat deux sets menés tambour battant 6-2, 6-1. A défaut de convaincre, la deuxième semaine se rapproche quand même...

Deux minutes pour Clément, trois sets pour Paire

Le coeur d'y était plus. Courageux comme un Lion pendant quatre manches mercredi, Arnaud Clément s'était résigné à quitter le tournoi après une nuit de sommeil. De retour sur le N.1, l'Aixois n'avait aucun espoir. Mené 3-6, 7-6 (7/2), 0-6, 6-2, 5-1 service pour le Belge David Goffin, il n'y avait pas grand chose à espérer. Comme prévu, l'échauffement a duré plus longtemps que la reprise. Quatre points d'affilée et Clément s'en est allé. "J'ai du mal à être triste, je suis heureux d'avoir pu vivre ça pendant aussi longtemps. Je pense que j'ai eu une chance incroyable".

Benoît Paire n'a lui pas eu l'opportunité de se mettre en travers du chemin de David Ferrer. Face au sixième joueur mondial et spécialiste de la terre battue, le Français était trop juste. L'écart était insurmontable et l'Espagnol s'est imposé sans trembler 6-3, 6-3, 6-2. "Je ne suis jamais arrivé à bien jouer, sauf dans les deux premiers jeux. J'étais émoussé physiquement et mentalement. J'ai appris énormément de choses ici. Au plan du tennis, ça m'a conforté dans l'idée que j'avais le niveau pour battre de très bons joueurs sur terre battue. J'ai appris aussi que physiquement, ce n'était pas encore ça. Et mentalement, j'ai eu du mal à me remettre dans le tournoi après mon premier match. C'est comme si c'était fini après (son match contre l'Espagnol Albert) Ramos, parce que j'avais déjà fait un gros truc. J'ai appris qu'il fallait rester concentré, rester dedans et surtout travailler physiquement."

Benneteau à la force du poignet

Julien Benneteau (N.29) continue son avancée dans le tableau masculin de Roland-Garros. Alors qu'il ignorait s'il pouvait participer aux Internationaux de France il y a encore deux semaines, "Bennet' a déjà mis deux adversaires dans sa besace. Ce jeudi, c'est le russe Dmitry Tursunov qui est tombé sous ses coups 6-4, 6-4, 6-4 en 1h58. Un match maîtrisé qui lui permet d'atteindre les 16e de finales. C'est la quatrième fois qu'il atteint ce stade la compétition à la Porte d'Auteuil. Il y retrouvera Janko Tipsarevic (N.8).

Il aura l'occasion de venger Jérémy Chardy, tombé sous les coups du Serbe en trois sets 7-6(4), 6-1, 7-5. Le Palois a certainement laissé passer sa chance dans le premier set où il était parvenu à ravir le service de son adversaire avant de se faire rejoindre. La suite a été plus compliquée. Adepte du tout ou rien, l'élève de Patrick Moratoglou ne pouvait pas rivaliser avec la régularité du n.2 serbe. Julien Benneteau pourra croire en ses chances. Son seul affrontement face à Tipsarevic avait tourné à l'avantage du français. C'était en 2006. A Roland-Garros déjà.

 

 

Tsonga: "Un match pas évident"Voir la video

Paire: "J'ai beaucoup de regrets"Voir la video