Jo-Wilfried Tsonga
Jo-Wilfried Tsonga | AFP - KENZO TRIBOUILLARD

Tsonga: "Je peux aller chercher un Grand Chelem"

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga était meurtri après sa défaite en cinq sets face au N.1 mondial Novak Djokovic mardi en quarts de finale de Roland-Garros mais elle le conforte dans l'idée qu'il a les moyens d'"aller chercher un Grand Chelem".

Que ressentez-vous après un tel scénario?
"Je suis déçu. Maintenant c'est fini, je ne pourrai pas revenir en  arrière. C'est dommage car je n'étais vraiment pas loin. Mais je ne vais pas  regretter grand-chose dans cette rencontre. A la fin je n'avais plus rien dans  les jambes. C'est difficile que ça m'arrive à Roland-Garros."
   
Qu'est-ce qui vous passe dans la tête à la fin du match?
 "Un peu de tout. De la fatigue, de la déception, de la frustration. On  passe par tous les sentiments. On a envie de casser toutes ses raquettes, de  crier, de pleurer, de rigoler, de se dire: +mais c'est une blague, comment j'ai  fait pour perdre ce match?+ J'avais envie de me réveiller. Mais je peux me  regarder dans la glace après ce match. J'ai tout donné, je me suis battu."
   
Est-ce la pire défaite de votre carrière?
"Oui je pense. Je n'en ai pas perdu tant que ça des matches en ayant des  balles de match. Peut-être un auparavant et je ne sais même plus lequel. C'est  sûr que ce match va rester parce que c'était Roland, que c'était un quart de  finale. Mais je n'ai pas énormément de choses à me reprocher sur les balles de  match. J'ai tiré un super passing mais il (Djokovic) est parti du bon côté,  comme en Australie en 2008 (en finale). C'est comme ça."
   
Croyez-vous plus en vos chances de gagner un jour Roland-Garros?
"J'étais encore loin de gagner le tournoi. On n'a toujours pas gagné et  l'année prochaine ce seront de nouveau les mêmes questions. Tant qu'on n'en a  pas gagné un, on ne pourra pas dire qu'on va le faire. Maintenant il va falloir  tourner la page, aller sur le gazon."
   
Est-ce que cette défaite peut se révéler être un mal pour un bien?
"Je vais essayer de garder cette défaite en tête pour qu'elle me donne  encore plus la foi. Je pense qu'elle va rester comme quelque chose de positif  dans le sens que j'ai accroché l'un des meilleurs sur terre battue. Avant  j'avais la rage quand on me disait que je ne pouvais pas jouer sur terre  battue. Aujourd'hui j'ai touché du doigt ce dont j'ai vraiment envie. Si je  commence à gratter les meilleurs sur terre, je me dis que sur gazon je peux  faire encore beaucoup mieux. Qu'avec des matches comme ça je peux aller  chercher un Grand Chelem, à Wimbledon ou ailleurs."

AFP