Tsonga 01062012
Jo-Wilfried Tsonga | KOVARIK / AFP

Tsonga fait dégoupiller Fognini

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga s’est qualifié pour les huitièmes de finale en disposant du tenace Italien Fabio Fognini 7-5, 6-4, 6-4. Le Manceau qui égale sa meilleure performance à Roland-Garros (2009 et 2010) retrouvera au prochain tour le Suisse Stanislas Wawrinka, tombeur de Gilles Simon.

.Peu à son aise depuis son entrée en lice, cette bataille face au très accrocheur Fognini s’annonçait pénible pour Jo-Wilfried Tsonga. Et le début de rencontre ne le mettait pas vraiment en confiance. Mené 2-0 d’entrée, le N.1 français profitait néanmoins de l’inconstance de son adversaire et du soutien du Court Central pour renverser la tendance. Après avoir pris l’ascendant, Tsonga repartait dans ses travers en ratant l’immanquable au filet. Plus fébrile nerveusement, Fognini perdait de nouveau son engagement et après avoir balancé par deux fois sa raquette au sol, et pesté contre le public parisien, concédait logiquement le premier set 7-5.

Fognini le "sale gosse"

Dès lors, Tsonga engrangeait du capital confiance, occupant de toute sa présence physique le Philippe-Chatrier, et distribuant tant des aces que des amorties croisées dont raffole le public. Après avoir rapidement breaké, le Manceau se heurtait à une solide défense de l’Italien. Mené 0-40 sur son service, le N.1 français gagnait les deux points suivants  mais concédait son engagement (3-3).
Il suffisait de pas grand-chose pour faire sortir de ses gonds Fognini, comme une amortie avec effet rétro du Français, aussitôt suivie d’une double faute… A la suite d’un point remporté facilement par Tsonga, les deux hommes semblaient se toiser. Tsonga expliquera après son match que son adversaire agit comme « un sale gosse » pendant les matches… Et sur le point suivant, le N.1 français lâchait un bon coup droit ponctué d’un mystérieux « Oui papa ! » un brin chambreur… Avec les deux premiers sets en poche, Tsonga qui bénéficiait commettait pourtant plus de fautes directes que son adversaire (40 contre 33) n’avait plus qu’à conclure le travail.

Moins de 2h30 de jeu

Comme dans les deux premières manches, les deux hommes se prenaient tour à tour le service, et le Français se détachait finalement à 5-4 pour assurer sa qualification en huitième de finale. Rassuré par ce succès, le membre du Top 5 mondial offrait un large sourire au public de la Porte d’Auteuil. « Fognini a un faux rythme, il joue au bluff, il me cherche », a-t-il expliqué tout sourire après son succès. « C’est un garçon très gentil à l’extérieur du court, mais à l’intérieur, c’est un sale gosse !, lâchait-il provoquant l’hilarité des spectateurs. Mais surtout, Tsonga pouvait être soulagé d’avoir conclu  cette rencontre en 2h27. « C’est bien de ne pas jouer trop longtemps, pour avoir du gaz pour le prochain match. » Il lui en faudra face à Gilles Simon ou Stanislas Wawrinka qu’ils l’ont tous deux battu récemment…

Romain Bonte