Triple saut prétexte
L'ombre du triple-saut dans le stade de Moscou | AFP - Bernd Thissen

Triple Bleus pour triple saut

Publié le , modifié le

Teddy Tamgho, le leader français du triple saut, s'est qualifié pour la finale des Mondiaux de Moscou de dimanche après-midi, entraînant dans son sillage les deux autres représentants tricolores Yoann Rapinier et Gaëtan Saku Bafuanga. Avec une marque de 17,41 m, Tamgho a réalisé la meilleure performance des qualifications, devant l'inattendu Rapinier (17,39 m) et le champion du monde américain Christian Taylor (17,36). La France possède sur cette épreuve au moins une réelle chance de médaille à condition de ne pas trembler en finale.

"Trois Français en finale, ce n'est pas inenvisageable, Et ce serait un bel exploit", expliquait-on à la Fédération avant la compétition. Désormais l'exploit est là. Mais il évident que les Français ne veulent pas s'en contenter et qu'une médaille devient possible. On pense bien sûr au leader de la discipline Teddy Tamgho.

Après n'avoir presque pas sauté pendant deux ans, freiné dans son élan par une fracture en 2011 puis par des démêlés judiciaires, Tamgho est arrivé à Moscou sans vraiment de repères. De retour sur les sautoirs, le recordman du monde en salle s'est certes progressivement rapproché de son meilleur niveau, mais il n'était pas encore tout à fait rassuré sur sa capacité d'engagement. Il a beaucoup travaillé sa course d'élan afin de régler ses marques qui lui ont posé des problèmes cette saison dans des compétitions, alors qu'il avait sauté plusieurs fois au-delà des 18 m.   

Mais en réalisant la meilleure performance des qualifications, il a envoyé un signal fort à tous ses adversaires. Il faudra encore compter avec lui. A condition qu'il ne s'égare pas dans ses questionnements sur sa capacité à tenir le concours, et qu'il reste fort moralement. 

La surprise Rapinier

L'autre belle surprise est venu de Yoann Rapinier. Après avoir franchi un premier cap cette saison en explosant son record personnel avec un saut à 17,45 m, il en a franchi un autre en atteignant la finale mondiale. Pour son premier grand championnat, le jeune sociétaire de Franconville tient toutes ses promesses. Peu expérimenté à ce niveau, il devra toutefois gérer la pression inhérente à un tel événement. Il peut toujours compter sur les conseils de Teddy Tamgho, plus expérimenté que lui à ce niveau. Les deux triples sauteurs se connaissent depuis les jeunes catégories, et ce serait un beau pied de nez qu'ils puissent réaliser quelque chose ensemble.

Ce sera plus difficile en revanche pour Gaëtan Saku-Bafuanga, qui a obtenu la dernière place des qualifications. Mais pour le médaillé d'argent des championnats d'Europe espoirs, entrer en finale est déjà satisfaisant. A 22 ans, il continue d'apprendre et de progresser. 

Vidéo : les sauts de Tamgho et Rapinier

Christian Grégoire