Farah Bolt
Mo Farah et Usain Bolt ont été deux protagonistes importants des Mondiaux de Daegu | JOHANNES EISELE / AFP

Trente ans de Mondiaux: 2011

Publié le , modifié le

Les Mondiaux s’installent pour la première fois en Corée du Sud, pays en pleine croissance qui a su convaincre la Fédération internationale de lui confier l’évènement. Après un essai à Berlin, c’est la première fois qu’est officialisée la nouvelle piste bleue synthétique qui donne de l’éclat et de la couleur à un stade chaleureux où plusieurs champions sortants doivent abandonner leurs sceptres au profits de nouveaux venus.

Ils sont onze seulement à conserver leur titre, parmi lesquels les Américains Dwight Phillips et Brittney Reese à la longueur, ainsi que le décathlonien Trey Hardee, le Russe Valery Borchin, la Néo-Zélandaise Valerie Adams qui signe sa troisième victoire consécutive au lancer du poids, sans oublier le trio kenyan Abel Kirui sur le marathon, Ezekiel Kemboi vainqueur du 3 000 m steeple et Vivian Cheruiyot, qui réalise le doublé sur 5000 et 10.000 m

L'heure de la relève

D’autres nouveaux champions apparaissent, chez les Kenyans encore,  dont le réservoir semble inépuisable. Avec Rudisha et Kiprop, mais aussi côté Britannique avec Mo Farah et David Greene, sans oublier bien sûr les Américains et les Russes qui disposent toujours d’une relève performante. Christian Taylor, Jesse Williams ou Jennifer Barringer pour les uns, Tatyana Chernova et Anna Chicherova pour les autres.

A noter que, avec quatre nouvelles récompenses, (le bronze sur 200 m, l'argent sur 400 m et l'or des deux relais), l'Américaine Allyson Felix devient l'athlète la plus médaillée de l'histoire de la compétition, avec un total de dix médailles (huit en or, une en argent et une en bronze), rejoignant ainsi au palmarès son compatriote Carl Lewis.

La colère de Bolt

Ces Mondiaux de Daegu sont aussi ceux où les télévisions du monde entier le visage d’un Usain Bolt…dégoûté. Frappé par un faux-départ,i il a dû abandonner son titre du 100 m à son compatriote Yohann Bllake qui s’impose devant l’Américain Walter Dix Mais Bolt prend sa revanche en dominant le 200 m encore une fois devant Dix et le Christophe Lemaître qui donne à la France l’une de ses trois médailles glanées en tout et pour tout, avec celles obtenues par Mahiedine Mekhissi sur 3000 steeple et par Renaud Lavillenie à la perche.
Bolt décidément énervé frappe encore un grand coup avec ses copains de la Jamaïque en faisant tomber le record du monde du relais 4x100 m.

Christian Grégoire