Maurice Greene
Maurice Greene | AFP-Gabriel Bouys

Trente ans de Mondiaux: 1999

Publié le , modifié le

Si les Championnats du monde d'athlétisme en sont à leur 14e édition, ils célèbrent à Moscou leur 30e anniversaire. Une compétition somme toute récente, qui a souvent marqué par des exploits retentissants, et consacré des athlètes d'exception comme les Américains Michael Johnson (9 médailles d'or), et Carl Lewis (8 médailles d'or) ou encore l'Ukrainien Sergei Bubka titré à six reprises.

Les États -Unis, encore et toujours, dominent ces championnats du monde qui se tiennent à Séville. Dans des conditions de chaleur difficiles, le jeune Maurice Greene, déjà titré sur 100 m deux ans plus tard, confirme qu'il est entré véritablement dans une autre dimension en enlevant un triplé historique, sur 100 m, 200 m, et  sur le relais 4x100 m. De son côté, Michael Johnson décroche l'or une nouvelle fois sur 400 m, avec un record du monde à la clé en 43"18. Mais la délégation américaine est tout de même secouée par la disqualification a posteriori de son relais 4x4OO m. Deux des coureurs de ce relais, Jerome Davis et Antonio Pettigrew ont été par la suite convaincus de dopage. La médaille revient donc à une inattendue équipe de Pologne.

L'ère Bubka étant terminée, c'est son successeur logique, Maksim Tarasov qui s'impose à la perche, s'adjugeant l'une des cinq médailes d'or obtenues par la Russie. Chez les dames, c'est l'Américaine Stacy Dragila qui remporte le concours avec un nouveau record du monde (4,60).

Avec Eunice Barber, fraîchement naturalisée, la France remporte sa seule médaille d'or. Comme deux ans plus tôt, les autres médailles -d'argent- sont assurés par Stéphane Diagana sur 400 m haies, et par le relais dames 4x100.

Christian Grégoire