Mike Powell
Mike Powell en 1991 à Tokyo | Reuters

Trente ans de Mondiaux: 1991, le grand bond de Powell

Publié le , modifié le

Si les Championnats du monde d'athlétisme en sont à leur 14e édition, ils célèbrent à Moscou leur 30e anniversaire. Une compétition somme toute récente, qui a souvent marqué par des exploits retentissants, et consacré des athlètes d'exception comme les Américains Michael Johnson (9 médailles d'or), et Carl Lewis (8 médailles d'or) ou encore l'Ukrainien Sergei Bubka titré à six reprises.

A Tokyo, les premiers effets positifs d'une émulation différente avec une Allemagne réunifiée se font ressentir. Les Américains ont mis les bouchées doubles pour rester les maîtres du monde. Et l'on peut dire qu'ils y parviennent avec dix médailles d'or. Outre les relais, ils s'imposent sur le 400 m avec Pettigrew, sur le 200 m avec Michael Johnson et un réalise un triplé inédit sur un 100 m remporté par Carl Lewis, dans une finale qui voit pour la première fois six coureurs passer sous la barre des 10".
Ces Mondiaux sont également marqués par le coup de tonnerre Mike Powell à la longueur qui, avec un bond de 8,95 effaçait des tablettes le vieux record de Bob Beamon (8,90) datant de 1968.

L'URSS moribonde s'accroche pourtant à sa place sur la scène mondiale en obtenant 9 médailles d'or, essentiellement grâce aux filles. L'Allemagne se mêle à la lutte avec 5 médailles d'or, dont deux sur 100 m et 200 m pour Katrin Krabbe.

C'est le début de l'ère Pérec. Marie-Jo offre sur 400 m la seule médaille d'or pour la France, laquelle sera complétée d'une inattendue médaille d'argent du 4x100 messieurs (Morinière, Sangouma, Trouabal, et Marie-Rose).

Christian Grégoire