starting-blocks athlètes pretexte 2008
. | AFP-ASFOURI

Trente ans de Mondiaux: 1983, une première

Publié le , modifié le

Si les Championnats du monde d'athlétisme en sont à leur 14e édition, ils célèbrent à Moscou leur 30e anniversaire. Une compétition somme toute récente, qui a souvent marqué par des exploits retentissants, et consacré des athlètes d'exception comme les Américains Michael Johnson (9 médailles d'or), et Carl Lewis (8 médailles d'or) ou encore l'Ukrainien Sergei Bubka titré à six reprises.

Paradoxalement, un sport aussi universel que l'athlétisme n'a longtemps eu qu'une seule scène pour s'exprimer sur un plan international, et pour voir se confronter les meilleurs athlètes, de quelque continent qu'ils fussent. Depuis la création de la Fédération internationale d'athlétisme en 1912, seuls les Jeux olympiques permettaient de décerner des titres qui avaient en quelque sorte double valeur, on était à la fois champion olympique et champion du monde.

Dans les années 1970, avec une volonté accrue d'exposition médiatique, et la professionnalisation des structures, le milieu de l'athlétisme ressent le besoin et la nécessité de créer une autre grande compétition internationale entre les JO. Décision est prise en 1976 de lancer des championnats du monde. La ville d'Heslsinki est désignée et les premiers Mondiaux se tiennent en été 1983, avec 41 épreuves au programme et 153 nations.     

Dans cette période de guerre froide, trois ans après le boycott américain des Jeux de Moscou et un an avant que les Soviétiques ne rendent la pareille aux Jeux de Los Angeles, ces premiers Mondiaux se résument en un affrontement entre les Etats-Unis (24 médailles) et les deux pourvoyeurs du bloc de l'Est, l'URSS (23 médailles) et la RDA (22 médailles dont 10 d'or).  Avec deux stars qui émergent: Carl Lewis titré sur 100 m et à la longueur,  et Calvin Smith, médaille d'argent sur 100 m et champion du 200 m, ces deux hommes remportant également le relais 4x100 avec à la clé un record du monde pour les USA.

Côté Français, on revient de Finlande avec un zéro pointé.

Christian Grégoire