BARGUIL MAILLOT BLANC
Warren Barguil félicite son coéquipier. | MATHILDE L'AZOU

Warren Barguil, une journée en blanc sur ses terres

Publié le , modifié le

C'est l'une des attractions de la première de semaine du Tour, et en plus aujourd'hui, il était chez lui. Warren Barguil est né dans le Morbihan, et vient de passer la journée vêtu de la tenue de meilleur jeune. Un souvenir exceptionnel, qui conclut en beauté une belle semaine pour le jeune Breton.

Comme toujours, Warren Barguil a le sourire. Sauf que l'arrivée d'aujourd'hui, à Plumelec, a une saveur différente. Pendant ce contre-la-montre par équipes, le coureur de 23 ans a eu le privilège de porter le maillot blanc de meilleur jeune, puisque Peter Sagan, à l'origine leader du classement, avait le maillot vert. « C'est vrai que c'est spécial, un de mes coéquipiers m'a passé ses gants et ses couvre-chaussures de champion d'Autriche, pour que j'ai une tenue entièrement blanche », avoue-t-il sur la ligne, épuisé par l'effort violent que lui et ses coéquipiers ont dû réaliser. La performance moyenne de Giant Alpecin (16e à 1'37 de BMC) n'altère en rien son enthousiasme : « On s'est bien défendus, je suis content du travail qu'on a fait. J'avais de bonnes jambes, et heureusement que j'ai de bons directeurs sportifs, qui ont su me canaliser, pour que je ne m'enflamme pas trop ».

"J'ai déjà beaucoup appris"

Le coureur de 23 ans est l'une des révélations de ce Tour de France. Il assure qu'il s'agit d'un des plus grands moments de sa carrière : « Pour mon premier Tour, j'ai un maillot distinctif sur le dos quand on arrive à la maison… On peut difficilement faire mieux ».

Mardi, ce sont les cols et l'altitude des Pyrénées qui attendent Warren Barguil. Mais le Breton ne s'en fait pas pour autant une montagne : « Si tout s'arrête demain, ce n'est pas grave. J'ai déjà beaucoup appris sur cette première semaine, et au pire je reviendrai l'an prochain. On n'est jamais à l'abri d'une défaillance, et ce ne sera pas grave si tout s'arrête demain ». Il est déjà l'heure pour l'ancien vainqueur du Tour de l'Avenir de partir. Ce soir, il prend la direction des Pyrénées, avec, sur la route le menant à sa voiture, une énorme ovation de la part du public. Maillot blanc sur le dos, et un sourire qui ne le quitte jamais.