barguil
Warren Barguil | MATHILDE L'AZOU

Warren Barguil brille en montagne, dans les bordures... et sur les pavés

Publié le , modifié le

Il est là, en train de faire sa récupération perché sur des rouleaux. Warren Barguil, le visage noir de poussière, est en train d'entrer dans une nouvelle dimension. 22e de l'étape des pavés, le jeune Breton n'a pas manqué de culot face aux cadors du peloton.

C'est la folie autour du bus Giant-Alpecin. Une horde de journalistes se tient là, micros dressés face à l'un des héros français du jour. Warren Barguil, 23 ans, est toujours onzième du général après une belle étape entre Seraing et Cambrai.On l'a vu de nombreuses fois suivre dans les secteurs les spécialistes des pavés, il a même parfois pris les devants de la course, avec un culot aussi grand que son talent. « Je suis assez habile sur le vélo, donc ça s'est bien passé. J'ai fait du BMX quand j'étais jeune, donc ça m'a aidé, surtout dans le placement », confie-t-il à l'arrivée. Déjà présent à l'avant dimanche, dans le coup encore dans le Mur de Huy, le Morbihannais s'est à nouveau surpris : « Je ne m'y attendais pas vraiment, mais je me sentais vraiment bien. La chance est de mon côté pour l'instant ».

"Je veux garder les pieds sur terre"

Warren Barguil courait pour la première fois sur des pavés aujourd'hui, et ça lui a plutôt bien réussi. L'Enfer du Nord n'était visiblement pas pour cet après-midi : « Les secteurs étaient durs, mais il suffisait de ne pas trop se crisper. Ce n'était pas du tout cauchemardesque, quand on est devant, on prend toujours du plaisir ».

Pour l'instant, après quatre étapes, Warren Barguil réussit plutôt bien sa première Grande Boucle. Mais le coureur de Giant-Alpecin ne souhaite pas relever ses ambitions à la hausse pour le classement général : « Trois semaines c'est encore long, et je veux garder les pieds sur terre. Je vois les choses au jour le jour. Je peux me sentir bien cette semaine, mais ne pas l'être la semaine prochaine ». Le Breton a le temps de voir venir la montagne, étant donné que les trois prochaines étapes sont faites pour les sprinteurs. Ensuite, ce sera le retour au pays pour l'ancien vainqueur du Tour de l'Avenir, avec trois étapes bretonnes. Là encore, il veut se montrer prudent : « Je n'y suis pas encore en Bretagne (rires) ! Il va falloir éviter les chutes, se placer... » Le Tour est encore long, mais pour l'instant, Warren Barguil crève l'écran.