Vincenzo Nibali
Vincenzo Nibali triomphe | DR

Vincenzo Nibali vainqueur d'étape et maillot jaune sur le Tour

Publié le , modifié le

Le champion d'Italie Vincenzo Nibali (Astana), au prix d'une superbe accélération dans les 2 derniers kilomètres, a remporté la 2e étape du Tour de France avec deux secondes d'avance sur Van Avermaet (BMC) et Kwiatkowski (Omega). Ce succès, son premier sur la Grande Boucle, lui permet de prendre le maillot jaune aux dépens de Marcel Kittel, pour 2" sur Peter Sagan (Cannondale). Premier Français, Tony Gallopin (Lotto) finit à la 5e place. Sagan, maillot vert, laissera lundi le maillot blanc à Romain Bardet (AG2R), Cyril Lemoine (Cofidis) prenant le maillot à pois après une journée très animée par les Français.

Personne​ n'attendait Vincenzo Nibali. Alberto Contador (Astana) avait montré le bout de son nez dans la dernière ascension du jour, Chris Froome (Sky) avait poursuivi cette attaque dans la descente, Peter Sagan (Cannondale) avait tenté sa chance, et Alejandro Valverde (Movistar) était bien placé. Les ténors étaient là, les équipes de sprinteurs aussi, mais dans les deux derniers kilomètres, le champion d'Italie grillait la politesse à tout le monde. Parti en solitaire, il réalisait un superbe numéro, profitant d'abord de l'indécision de ses adversaires pour creuser l'écart, avant de résister au retour de la meute. 

Au lendemain du sprint massif, le coureur d'Astana réalisait un gros coup. Non seulement il remportait l'étape, mais en plus il endossait le maillot jaune de leader, ses deux secondes d'avance étant suffisantes pour faire la différence sur le reste du peloton. C'est la première fois que l'Italien remporté une étape du Tour, et la première fois qu'il prend le maillot de leader. Cette année 2014 restera exceptionnelle pour lui. Déjà vainqueur du Giro (2013), de la Vuelta (2010), il vient d'enchaîner le titre national sur route, cette victoire d'étape et ce maillot jaune, tout cela pour la première fois à 29 ans.

Vidéo: La réaction de Nibali

En remportant cette étape, et en se parant de jaune, Vincenzo Nibali inscrit son nom dans la liste des prétendants à la victoire, alors que ce terrain n'est pas son préféré. Mais Froome comme Contador ont également montré qu'ils étaient bien présents dans cette première journée très vallonnée, marquée par une très longue échappée. 

Vidéo: La victoire de Nibali à Sheffield

L'échappée au long cours

Dès le premier kilomètre de cette longue étape de 201km avec 9 côtes prévues, six coureurs partent à l'attaque. Blel Kadri (AG2R), Armindo Fonseca (Bretagne-Séché), Perrig Quemeneur (Europcar), Matthew Busche (Trek), Cyril Lemoine (Cofidis), David De La Cruz (Netapp), rejoints au 12e kilomètre par Bart De Clercq (Lotto), vont compter jusqu'à 3'55 d'avance sur le peloton, où le tempo est assuré par les coéquipiers du maillot jaune, Marcel Kittel (Giant).

Sur des routes parfois étroites et surtout prises d'assaut par un public toujours aussi nombreux et chaleureux, des chutes surviennent, avec pour victimes très légères Kittel, Gerrans (Orica), van Garderen (BMC), Rodriguez (Katusha) ou Westra (Astana). Puis, les Sky de Chris Froome décident d'accélérer, soutenus ensuite par les Tinkoff-Saxo d'Alberto Contador. L'écart tombe à 20" dans la cinquième ascension du jour, les dégâts sont importants à l'arrière avec notamment les sprinteurs comme Greipel ou Démare rejetés. Et c'est le moment que choisit Blel Kadri pour sortir du groupe et tenter sa chance en solitaire. 

Kadri, Fonseca et Quemeneur (de gauche à droite) lancés dans la grande échappée du jour
Kadri, Fonseca et Quemeneur (de gauche à droite) lancés dans la grande échappée du jour

Le baroud d'honneur de Kadri

Kadri reparti, cela donne des idées dans le peloton. Son initiative est suivie par Thomas Voeckler (Europcar), auteur d'une belle accélération, puis par Nicolas Edet (Cofidis), Tony Martin (Omega-Pharma), Marcus Burghardt (BMC). Les cinq hommes s'unissent mais le coureur d'AG2R reste aux avant-postes.A 38km du terme de l'arrivée, les cinq hommes étaient repris par le peloton, qui finissait par avaler le dernier échappé, auteur de 164km devant. Le gros du peloton était réuni, mais il restait encore quatre côtes à gravir, et autant de difficultés pour certains coureurs déjà éprouvés par un rythme de plus en plus rapide imposé par les Sky de Froome. 

La tentative de Rolland

Dans l'avant-dernière ascension du jour, dans les vingt derniers kilomètres de la course, Pierre Rolland (Europcar) partait faire les points du meilleur grimpeur, suivi par Jean-Christophe Péraud (AG2R). Les deux hommes hésitaient, et finalement tentaient leur chance. A l'approche de la fin, l'appétit des sprinteurs était très aiguisé, mais le vainqueur de l'étape de l'Alpe-d'Huez en 2011 essayait tout de même de jouer sa carte en solitaire. En vain. A 8km de l'arrivée, la jonction était faite. Et les leaders s'expliquaient.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze