Vincenzo Nibali, Astana
Vincenzo Nibali en plein effort dans la montée vers Hautacam | DAVID STOCKMAN / BELGA MAG / BELGA/AFP

Vincenzo Nibali peut rester le maître

Publié le , modifié le

Le 27 juillet dernier, Vincenzo Nibali montait sur la plus haute marche du podium du Tour de France. Si certains pensent encore que cette victoire finale n'aura jamais eu lieu sans les chutes de Chris Froome et Alberto Contador, l'Italien a bel et bien démontré qu'il méritait amplement le maillot jaune sur les Champs-Elysées. Coureur tout-terrain, Nibali possède le talent et l'expérience pour tenir tête aux nombreux postulants et conserver son titre une deuxième année consécutive.

A l'aise sur les pavés du Nord, en plaine, ou dans les cols, le Requin de Messine a plus d'une corde à son arc. Le Sicilien pourrait d'autant plus tirer son épingle du jeu que le parcours atypique de cette 102e édition de la Grande Boucle lui sied comme un gant. Lauréat de la Vuelta 2010, du Giro 2013 et donc du Tour de France 2014, Nibali fait preuve d'une grande régularité depuis cinq ans, et ce qui n'enlève rien à son mérite, toute la saison durant. S'il rêve encore d'inscrire à son palmarès des courses telles que Liège-Bastogne-Liège (2e en 2012, 13e cette année), le leader d'Astana a souvent fait bonne figure dans des Classiques, ce qui fait de lui un coureur extrêmement complet, et donc, redoutable.

Sur les traces de Fausto​ Coppi

A tout juste 30 ans, Vincenzo Nibali dispute son cinquième Tour de France, qu'il entend bien être celui de la confirmation. L'envie est grande de devenir le neuvième homme de l'histoire à remporter un deuxième Tour de France, et rejoindre notamment ses compatriotes Ottavio Bottecchia, Gino Bartali et Fausto Coppi. Comme le "campionissimo", vainqueur de Paris-Roubaix en 1950, Nibali apprécie les pavés, et sera donc servi lors de la 4e étape entre Seraing et Cambrai. "Cela me plaît de retrouver les pavés, ce sera très difficile et il faudra les reconnaître avec soin", avait-il noté lors de la présentation de ce Tour 2015, en octobre dernier. 

Nibali lâché par Contador dans le final
Nibali lâché par Contador dans le final

Le Plateau de Beille et l'Alpe d'Huez dans le viseur

"Il y a un seul contre-la-montre, un contre-la-montre par équipes exigeant, une première semaine nerveuse à cause du vent et des pavés", a résumé Nibali qui s'imagine bien frapper fort dès les premiers jours, comme l'an passé. Et comme l'an passé (dans la deuxième étape York-Sheffield), l'Italien visera peut-être une étape lors de la première semaine. Il le dit lui-même, la course se jouera alors dans les montagnes, là où il semble déjà avoir coché quelques rendez-vous bien précis. "Les étapes qui me plaisent le plus sont celles du Plateau de Beille et de l'Alpe d'Huez, à cause de l'histoire", a prévenu Nibali.

Romain Bonte