Joaquime Rodriguez victoire Plateau de Beille Tour de France 2015
Joaquim Rodriguez avait notamment remporté une belle étape, au Plateau de Beille, sa deuxième lors du Tour de France 2015. | JEFF PACHOUD / AFP

VIDÉO – Purito, Pétards mouillés et Déluge : le Top 3 de la 12e étape

Publié le , modifié le

TOUR DE FRANCE 2015 – Pour boucler le triptyque Pyrénéen, quoi de mieux que l’ascension terrible vers le Plateau de Beille ? Une montée longue de 15,8km à 7,9% de moyenne, rien que ça ! Et avant, le Col de la Core et Port de Lers avaient cassé les jambes… Autant dire que l’arrivée s’annonçait magnifique, et nous n’avons pas été déçus ! Si les éléments qui se sont déchaînés ont permis de vivre un final dantesque, les coureurs ont joué le jeu, que ce soit pour la victoire finale avec un Purito en feu ou encore les cadors qui ont tout tenté pour faire plier l’infatigable Christopher Froome… Alors pour les retardataires ou les plus mordus du vélo, voici notre Top 3 de la 12e étape !

1. Récidive pour Purito

Comme lors de la troisième étape au Mur de Huy, l’Espagnol et leader de Katusha, Joaquim Rodriguez, a fait parler ses talents d’excellent grimpeur ! Dans l’ascension finale vers le Plateau de Beille, Purito a tout simplement déposé ses deux compagnons d’échappé, Romain Bardet et Jakob Fuglsang. Une attaque aussi magnifique que décisive à 8km de l’arrivée !

2. Harcèlement, mais pétards mouillés !

Outre la bataille pour la victoire d’étape, il y avait également la lutte pour le classement général ! Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le leader Chris Froome (Sky) a très bien résisté face aux coups de butoir de ses rivaux ! À l’image de toute l’ascension, voici comment Contador, Quintana, Nibali et autre Valverde se sont cassés les dents face à la défense impériale du Kenyan Blanc, très bien aidé encore une fois par Richie Porte et Geraint Thomas.

3. Déluge = final dantesque !

Déjà annoncé comme l’ascension la plus exigente de cette 102e édition du Tour, la montée vers le Plateau de Beille est devenue complètement folle lorsque les éléments s’en sont mêlés ! Pendant longtemps, l’arrivée croulait sous les grêlons, puis la pluie et le vent accompagnaient les coureurs tout le long de l’ascension. Dantesque tout simplement !