Sky (contre-la-montre par équipes)
Le contre-la-montre par équipes est une épreuve spectaculaire | DE WAELE Tim / TDWsport Sarl / DPPI media

Vannes-Plumelec: Nouveau coup de force pour Froome ?

Publié le , modifié le

Après une semaine très variée et piégeuse, les coureurs sont à la veille de la première journée de repos. Mais entre Vannes et Plumelec, pas question de repos ! Le contre-la-montre par équipes est une épreuve redoutée par les plus faibles et adorée par les meilleurs. Une occasion de tester la force des équipes des leaders.

Le parcours

Autrefois une épreuve de bravoure, le contre-la-montre par équipes a perdu ce qui faisait son charme : sa longueur. Entre Vannes et Plumelec, c’est sur 28 kilomètres que les équipes s’affronteront. Ceci étant, les organisateurs ont réservé un terrain difficile aux rescapés de la première semaine. Le premier point intermédiaire se fera après dix kilomètres, avant la première côte de la journée alors que le second se fera au kilomètre 20,5 au milieu de la seconde. Pour les équipes, il faudra gérer son effort, l’arrivée dans la Côte de Cadoudal sera difficile et les meilleures équipes pourront encore faire des écarts. 

Le profil de l'étape Vannes-Plumelec
Le profil de l'étape Vannes-Plumelec

L’équipe à suivre : Sky​

Et si Christopher Froome en remettait une couche ? Si depuis le début du Tour, le Britannique est aux petits oignons en évitant les chutes et les pièges, ses équipiers en profitent pour faire du « jus ». Peter Kennaugh, Leopold König, Wouter Poels ou encore Richie Porte se relèvent systématiquement dans le final des étapes. De quoi arriver frais pour la montagne mais aussi pour ce contre-la-montre entre Vannes et Plumelec. Avec la formation BMC, les protégés de Dave Brailsford sont les favoris du jour.

L’expression du jour : Etre à la planche

Tout au long de la journée, vous verrez des coureurs se « mettre à la planche » pour leur équipe. C'est-à-dire qu’ils prendront un relais appuyé pour conserver le rythme ou l’accélérer. Aplati sur son vélo, comme une planche, le coursier donne alors tout ce qu’il a. Souvent ce seront ses derniers efforts avant de se relever.