Le Civic Hall de Leeds
Le Civic Hall de Leeds aux couleurs du Tour | Gaétan Scherrer

Un Grand Départ en fanfare à Leeds

Publié le , modifié le

Le Tour de France 2014 s’est élancé ce samedi matin à Leeds, sous le soleil et dans une ambiance très festive.

Ils étaient partout. Aux fenêtres, perchés sur les balcons, en équilibre sur les murets entourant le Civic Hall. Ravis que la grisaille anglaise de la veille se soit dissipée, des milliers de fans ont célébré "Le Grand Départ" (en Angleterre, mais toujours en français dans le texte) dans le centre de Leeds. 

Certains fans ont trouvé une place de choix
Certains fans ont trouvé une place de choix

Si le Yorkshire a vu les choses en grand, pour faire du plus grand événement de l’histoire de la région une réussite (à l’image de la présentation des coureurs), l’atmosphère du village départ n’a elle pas changé. Autour des stands des sponsors, les coureurs, détendus mais déjà en selle, slaloment entre les invités pour rejoindre leurs proches. Arnaud Démare, maillot de champion de France sur les épaules, veut évidemment marquer le coup : entouré par sa famille pour une dernière séance photo, il se nourrit des derniers encouragements du public avant de s’élancer pour son premier Tour.

Arnaud Démare et ses proches
Arnaud Démare et ses proches

Pour cela, il faut toutefois réussir à atteindre la ligne de départ. Et la tâche est loin d’être aisée, car il n’est pas évident de se frayer un maigre chemin entre les bus des coureurs alignés en rang d’oignon, les journalistes et les supporters qui jouent des coudes pour rester en place. La mission de ces derniers ? Apercevoir les noms inscrits sur les dossards. "Lui c’est Voigt, lance un père de famille à ses fils. C’est son 17e Tour de France, ça doit être le seul coureur encore plus âgé que moi !".

Dernière photo avant le départ
Dernière photo avant le départ

"Tu as déjà vu Froome ?", demande un autre. Le voilà : le tenant du titre est précédé -et poursuivi- par une horde de caméramans qui lui ouvrent la voie, lui offrant ainsi le luxe de ne pas s’arrêter. Quelques secondes plus tard,  c’est la star du jour, Mark Cavendish, qui fait son apparition. "Go On, Cav’ !", chante un groupe de jeunes au sprinteur britannique qui semble vouloir profiter de l’instant, lui qui a quasiment centré son année sur ces premières étapes à la maison.

Les coureurs massés près de la ligne de départ
Les coureurs massés près de la ligne de départ

Sur le podium, où les 198 coureurs doivent signer comme chaque matin avant le départ, on se réjouit de l’atmosphère festive. "Depuis mon arrivée en Angleterre jusqu’à maintenant, même à l’hôtel ce matin, l’accueil est incroyable", lance Alberto Contador. Après une bonne heure d’effervescence, tous sont quasiment prêts à prendre le départ fictif. Il manque simplement quelques retardataires : Blel Kadri et Thomas Voeckler font durer le plaisir en s'engageant au tout dernier moment sur la Century Street, pour inscrire leur nom sur la liste des partants. Comme leurs 196 compères, ils vont partir à l’assaut des 3656 kilomètres qui les guideront par Londres, Lille, Nancy, Nîmes et Pau, jusqu’à Paris dans trois semaines.

L'ambiance au départ du Tour