Tour de France : Wout Van Aert vainqueur d'une 7e étape spectaculaire, Pogacar et Landa piégés

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Wout Van Aert (Jumbo) vainqueur de la 7e étape du Tour de France 2020
Wout Van Aert (Jumbo) vainqueur de la 7e étape du Tour de France 2020 | AFP - Christophe petit tesson

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Promise aux sprinteurs et considérée comme une journée de transition, la 7e étape du Tour de France 2020 entre Millau et Lavaur a finalement rebattu les cartes. Dynamitée par Peter Sagan, à nouveau maillot vert, puis par des bordures, elle a été remportée par Wout van Aert. Prétendants au classement général, Tadej Pogacar, Mikel Landa et Richie Porte ont été piégés. Adam Yates reste maillot jaune.

Encore lui. Deux jours après avoir levé les bras à Privas, Wout van Aert (Jumbo-Visma) a triomphé au sprint à Lavaur, ville d'arrivée de la 7e étape du Tour de France 2020. Le Belge a devancé Edvald Boasson Hagen (NTT) et Bryan Coquard (B&B Hotels-Vital Concept) au terme d'une étape extrêmement mouvementée.

Peter Sagan et son équipe, la Bora-Hansgrohe, a d'abord dynamité la course dès les premiers kilomètres en évinçant une très grande partie des sprinteurs, dont le maillot vert Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step), qui a d'ailleurs cédé sa tunique ce vendredi au Slovaque, n'ayant pas participé ni au sprint intermédiaire ni à l'emballage final.

Dans une deuxième partie de la course, un coup de bordure initié par le team Ineos a piégé des leaders au classement général, dont le Slovène Tadej Pogacar (UAE), Mikel Landa (Bahrain-McLaren) et Richie Porte (Trek Segafredo). Les trois hommes ont concédé 1'21 sur la ligne d'arrivée sur leurs principaux adversaires. Aucun problème cependant pour les Français Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), Romain Bardet (AG2R La Mondiale), Guillaume Martin (Cofidis) et Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), même si ce dernier a été gêné dans son sprint.

Sagan a tout fait exploser

Une échappée a bien tenté de s’envoler au début de l’étape, mais c’était sans compter les ambition de la formation Bora-Hansgrohe qui abrite en son sein un certain Peter Sagan. Le Slovaque, dépossédé de son maillot vert deux jours plus tôt, a tout mis en oeuvre pour durcir l’étape et essorer les purs sprinteurs dans la première partie du parcours. En dix kilomètres de course, une grande partie de ses rivaux en vue de l’arrivée à Lavaur avaient déjà décroché, battus dans la Côte de Luzençon.

Giacomo Nizzolo (NTT) et Caleb Ewan (Lotto Soudal) ont fait partie des premiers à céder. Alexander Kristoff (UAE), Mads Pedersen (Trek Segafredo), Cees Bol (Sunweb), Elia Viviani (Cofidis), Niccolo Bonifazio (Total-Direct Energie) et le maillot vert Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step) ont suivi. Aidé par plusieurs de ses coéquipiers, ce dernier a tenté de réduire l’écart pendant des dizaines kilomètres avant d’abdiquer dans le Col de Peyronnenc, situé à 100 km de la ligne d’arrivée.

Alors que la Bora-Hansgrohe continuait d’imprimer un bon rythme en tête pour ne laisser aucune chance de retour à ses adversaires, Thomas De Gendt (Lotto Soudal) est parti seul en tête au sommet de ce col. Son effort solitaire lui a permis de gratter ses 3 premiers points au classement de la montagne, mais pas de quoi déstabiliser Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale), solidement accroché à son maillot à pois avec maintenant 25 points. 

Pinot en tête de bordure

Le Belge, qui n’a jamais compté plus de 45 secondes d’avance sur le groupe maillot jaune, a été repris à 35 km de l’arrivée. Sa 28e échappée sur le Tour de France aura été vaine, un an après sa victoire à Saint-Etienne. Aussitôt repris, Ineos a vissé en tête de peloton et fait exploser le groupe en trois entités. A ce moment précis, Tadej Pogacar (UAE), Mikel Landa (Bahrain-McLaren) et Richie Porte (Trek Segafredo) ont été piégés. Attendu en vue du sprint final, Matteo Trentin (CCC) a connu pareil destin.

Battu l’an dernier dans les bordures entre Saint-Flour et Albi, Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) ne s’est pas fait avoir et a même pris des relais en tête de groupe pour reléguer le plus loin possible les concurrents piégés. Bien entouré par Matthieu Ladagnous, Valentin Madouas, Stefan Küng et Rudy Molard dans le final, le Français a montré qu’il avait retenu les erreurs de 2019, tout en rassurant sur son état de forme, six jours après sa chute à Nice.

à voir aussi Tour de France : Thibaut Pinot a retenu les leçons du passé et ne s'est pas fait piéger par les bordures Tour de France : Thibaut Pinot a retenu les leçons du passé et ne s'est pas fait piéger par les bordures

Au classement général, Adam Yates (Mitchelton-Scott) reste leader et maillot jaune avec 3 secondes d'avance sur Primoz Roglic (Jumbo-Visma). Grâce à la bordure, Guillaume Martin monte sur le podium virtuel, à 9 secondes du Britannique. Romain Bardet et Thibaut Pinot sont respectivement 7e et 9e, dans le même temps, à 13 secondes. Julian Alaphilippe est 11e à 15 secondes.

Piégé, Tadej Pogacar glisse de la 3e place à la 16e place (à 1'28 de Yates). Mikel Landa, Richie Porte, Bauke Mollema (Trek Segafredo) et Esteban Chaves (Mitchelton-Scott) sont eux aussi éjectés du Top 10, tous les quatre relégués à 1'34 du maillot jaune. Alors qu'il était dans le bon groupe, Richard Carapaz (Ineos) a été victime d'une crevaison et a terminé avec les leaders piégés. L'Equatorien, option n°2 derrrière Egan Bernal dans l'équipe britannique, est déjà à 2'02 de la tête de la course.