Tour de France : Trois cols dont deux de 1re catégorie, la Promenade des Anglais pour final, Alaphilippe en favori... La 2e étape en questions

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
L'ascension du col de Turini, dans l'arrière-pays niçois
L'ascension du col de Turini, dans l'arrière-pays niçois | AFP - Anne-Christine POUJOULAT

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Au lendemain du Grand départ de Nice, place à la 2e étape du Tour de France, toujours autour de Nice, longue de 186km. Après l'échauffement de la veille, la montagne s'élève déjà avec deux ascensions de cols de 1re catégorie, ceux de Colmiane et de Turini, puis celui d'Eze (2e catégorie) avant l'ultime col des Quatre Chemins, à 9km de l'arrivée.

• Quel profil ?

Un peloton du Tour de France contraint de gravir deux cols de 1re catégorie dès la 2e étape, c'est exceptionnel. 4000m de dénivelé, cela place déjà les débats assez haut. Au lendemain d'une entrée en matière déjà accidentée avec un col de 3e catégorie escaladé à deux reprises, les coureurs du Tour de France s'attaquent à une journée importante. Avec le col de la Colmiane (qui culmine à 1500) dès le km 80, puis celui du Turini (1607m) avant les 100km, que les amoureux du championnat du monde des rallyes connaissent bien, avant de finir par le col d'Eze (2e catégorie) à 30km de l'arrivée, les grimpeurs vont déjà se mettre en avant. Au bout des 186km, comme la veille, la Promenade des Anglais, terre rêvée des sprinteurs. Mais il n'est pas certain que les plus rapides soient encore présents aux avant-postes. Entre grimpeurs, puncheurs et baroudeurs, cette 2e étape autour de Nice s'annonce comme l'occasion de tester les forces en présence. Et de déjà prendre de gros points pour le classement du meilleur grimpeur.

La 2e étape du Tour de France 2020
La 2e étape du Tour de France 2020 © DR

• Quels pièges ?

"Le Tour n'est jamais allé si tôt si haut", résume d'une formule son directeur Christian Prudhomme. Les coureurs du Tour de France doivent déjà hausser le ton. Avec 4000m de dénivelé dans cette journée, les organismes sont déjà testés. Ce sera la principale difficulté de la journée : enchaîner deux cols de 1re catégorie à plus de 1500m, avec un parcours de 186km, au lendemain d'une première étape disputée sous la pluie occasionnant de très nombreuses chutes. Comment les coureurs auront récupéré de cette mise en route difficile, pour cette journée où il faudra déjà être à 100% ? Le col de la Colmiane, long de 16.3km à 6.3% de moyenne, celui de Turini (14.9km à 7.4%) et enfin d'Eze (7.8km à 6.1%) devraient déjà montrer si les équipes des grands favoris (Jumbo-Visma, Ineos Grenadiers) sont décidées à dicter leur loi sur le peloton. Le col des Quatre Chemins, gravi à deux reprises dont la dernière à 9km de l'arrivée, pourrait bien être le moment idéal pour amorcer une attaque décisive vers la victoire d'étape. Pour ceux qui auront encore l'énergie de se lancer dans une offensive...

• Quel coureur à suivre ?

Les ascensions de cette 2e journée de course devant faire une sélection parmi les sprinteurs si le rythme s'élève, les visages vont se tourner vers les grimpeurs-puncheurs.  Dans cette catégorie, deux noms se détachent : Wout Van Aert (Jumbo-Visma) et Julian Alaphilippe (Deceuninck). Au coude à coude sur Milan-San Remo, le Belge avait pris le meilleur sur le Français quelques jours après lui avoir déjà subtilisé son titre sur les Strade Bianche. A 25 ans, sa forme est resplendissante, mais son rôle sera d'abord et avant tout de protéger son leader Primoz Roglic sur ce Tour de France. Pourrait-il avoir une carte blanche sur cette étape pour tenter la victoire et peut-être le maillot jaune, ce qui pourrait être une charge très précoce pour son équipe Jumbo-Visma ? Pour toutes ces raisons, et parce qu'il a déjà annoncé avoir coché cette 2e étape sur son agenda, Alaphilippe sera notre homme à suivre. Même attendu, il passe rarement à côté d'un rendez-vous qu'il a pris. Le protégé de Patrick Lefevere court après sa première victoire de la saison, lui qui avait joué de malchance sur les Strade Bianche, pris la 2e place de Milan-San Remo et la 3e des championnats de France sur route. Accrocher une 5e étape sur la Grande Boucle dans sa carrière le placerait sur une dynamique extrêmement positive à l'entame de ces trois semaines.

Le Français et leader de la formation Deceuninck, Julian Alaphilippe
Le Français et leader de la formation Deceuninck, Julian Alaphilippe © AFP - Marco Bertorello

• Quel avis de notre journaliste Alexandre Pasteur ?

Avec 4000m de dénivelé, dont deux cols de 1ère catégorie tous les deux assez longs, plus une double ascension finale : ça va faire mal et en surprendre plus d’un. Pour un deuxième jour de course, c’est assez exceptionnel, d’habitude la montagne arrive après une semaine. Là, c’est déjà une étape qui peut faire des dégâts. Elle semble taillée pour un Alaphilippe, qui pourrait prendre le jaune.

• Quels horaires ?

Départ fictif : 13h
Départ réel : 13h20
Sprint intermédiaire au km16 : 13h41
Passage au col de la Colmiane (km63.5) : 15h05
Passage au col du Turini (km99.5) : 16h09
Passage au col des Quatre Chemins (km177) : 17h55
Arrivée Promenade des Anglais : 18h08