Pinot, le deuil de la bordure

Tour de France : Thibaut Pinot a enfin fait le deuil de la bordure

Publié le , modifié le

Thibaut Pinot a réalisé un contre-la-montre de haut vol ce samedi pour revenir à la 7e place au classement général, à moins de 40 secondes d'Egan Bernal. Le Franc-Comtois semble avoir enfin laissé derrière lui le désastre de la bordure.

La rage de Thibaut Pinot s'est-elle enfin calmée ? A voir sa joie ce samedi d'avoir réussi un très bon contre-la-montre (qu'il termine à la 7e place à 49 secondes seulement de Julian Alaphilippe) il semble avoir tourné la page. "J'avais envie de lâcher les chevaux" a-t-il révélé à l'arrivée. Lâcher les chevaux, comme s'il rongeait son frein depuis le départ, comme s'il lui fallait vraiment lancer son Tour. Parce que Thibaut Pinot a passé les trois derniers jours à ruminer cette terrible 10e étape, qui lui avait fait perdre 1'40 sur les favoris et concéder un rebours possiblement fatal dans l'optique de la victoire finale. 

à voir aussi Tour de France 2019 - : Thibaut Pinot : "J'ai de la rage" Tour de France 2019 - : Thibaut Pinot : "J'ai de la rage"

"Des coups de bordure, j'en ai déjà pris mais celle-là, je n'arrive pas à l'accepter, elle est trop frustrante pour moi, avait-il déclaré mardi lors de la journée de repos. Ce n'est pas eux qui nous ont pris 1 min 40 sec, c'est nous qui leur avons donné 1 min 40, et ça, c'est dur..."  Tellement dur qu'il en parlait encore le lendemain de la 10e étape, une journée de repos pendant laquelle il a eu tout le loisir de retourner dans tous les sens le scénario de la bordure. Il avait poursuivi : "J'ai de la rage en moi. Je sais qu'au matin du chrono (vendredi) et de l'étape du Tourmalet (samedi), je penserai à tout ça."

S'il y a pensé ce matin avant de s'élancer sur la rampe de lancement du contre-la-montre, cela ne s'est pas vraiment vu dans son coup de pédale. Incisif, puissant, certainement au maximum de ses possibilités sur l'exercice chronométré, le Français a eu l'air totalement investi. Pour Philippe Mauduit, directeur sportif de l'équipe Groupama FDJ, la bordure "on ne va pas l'enlever, on avance dans le Tour. On va aller au combat. On n'a plus envie d'en parler".

Thibaut Pinot pourrait vouloir tirer une énergie nouvelle de l'étape du jour, tant elle l'a remis sur les rails d'un beau résultat à Paris. "Je sentais que j'avais la forme, a-t-il remarqué. J'ai vu au deuxième intermédiaire que j'étais dans l'allure. C'est vrai que j 'en avais un peu marre des étapes de plaine. Aujourd'hui c'est la première vraie bataille. Je réponds présent et j'attends demain(samedi)" Le deuil est bel et bien fait.