Tour de France : Tadej Pogacar s'impose de peu devant Primoz Roglic, qui conforte son maillot jaune

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) remporte la 15e étape au Grand Colombier
Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) remporte la 15e étape au Grand Colombier | AFP - Anne-Christine POUJOULAT

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Pour la première arrivée de l’histoire au sommet du Grand Colombier (15e étape), on attendait du spectacle sur la route du Tour. Et on en a eu entre Lyon et le Jura, avec une lutte acharnée pour le maillot à pois entre trois hommes, suivie de celle entre les favoris, qui avaient décidé de s’expliquer sur les pentes du géant jurassien. Pour la deuxième fois sur ce Tour, Primoz Roglic a été surpris dans le final par son compatriote Tadej Pogacar, après un très gros travail de son équipe. Le jeune Slovène s’offre une deuxième étape, tandis que Roglic conforte son maillot jaune. Nairo Quintana et Egan Bernal sont les grands perdants du jour.

C’est ce qui s’appelle écraser le concurrence. Ou du moins, l’assommer. En tout cas, nul doute que Primoz Roglic et son équipe Jumbo-Visma avaient coché cette 15e étape entre Lyon et le sommet du Grand Colombier, col hors catégorie. Dès le départ, les coéquipiers du maillot jaune ont pris les commandes de cette journée en contrôlant l’échappée, avant de faire sauter le peloton dans l’ascension finale. Un à un, les abeilles de la Jumbo ont porté Roglic qui a tenté de placer la piqûre fatale dans le dernier kilomètre. C’était sans compter sur son jeune compatriote, et désormais rival numéro 1 : Tadej Pogacar. Le maillot blanc de ce Tour 2020 a une nouvelle fois surpris Roglic sur la ligne, alors que Quintana et Bernal ont totalement craqué. 

L’ascension de Rolland 

A la veille du deuxième jour de repos de ce Tour de France 2020, nombreux étaient les coureurs ambitieux au départ de Lyon ce dimanche midi. Les innombrables attaques en ont témoigné. Il y a d’abord eu les tentatives des habitués Stefan Küng (Groupama-FDJ), Jérôme Cousin (Total-Direct Energie) ou Matteo Trentin (CCC), suivies de celles d’Esteban Chaves (Mitchelton-Scott), Rudy Mollard (Groupama-FDJ), Daryl Impey (Mitchelton-Scott) ou encore Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step). Et on en passe. Il aura fallu une trentaine de kilomètres pour qu’un groupe finisse par se détacher, composé de Pierre Rolland (B&B Hotels - Vital Concept), Simon Geschke (CCC Team), Matteo Trentin (CCC Team), Michael Gogl (NTT Pro Cycling), Marco Marcato (UAE Team Emirates), Kevin Ledanois (Arkéa Samsic) et Niccolo Bonifazio (Total Direct Énergie).

Entre temps le champion de Colombie, Sergio Higuita (EF Pro Cycling), avait lourdement chuté sur une tentative d’attaque, après avoir été balayé par la roue arrière Bob Jungels (Deceuninck-Quick Step). Pas attentif sur ce coup, le Colombien l’a payé cher puisqu’il a dû abandonner quelques kilomètres plus tard. Pendant ce temps, l’échappée validée par le peloton filait vers la première difficulté de la journée, après avoir disputé le sprint intermédiaire remporté par Trentin. Derrière, le duel Sagan-Bennett a (encore) tourné à l’avantage de l’Irlandais, maillot vert. Au pied de la montée de la Selle de Fromentel (1e catégorie), le groupe de tête comptait 4’’40 minutes d’avance. Au sommet, il ne restait plus que trois hommes en tête : Pierre Rolland, Jesus Herrada et Michael Gogl, engagés dans une bataille pour le maillot à pois.

Passé en tête au sommet, Herrada était ensuite lâché dans la descente par Gogl et Rolland, lancés dans un mano a mano spectaculaire. Derrière, le peloton était solidement mené par la Jumbo-Visma qui s’attachait à réduire l’écart pour préparer le terrain pour Primoz Roglic. En attendant d’être rattrapés, Gogl et Rolland poursuivaient leur duel, se lâchant à tour de rôle. Mais c’est bien le Français de l’équipe B&B qui passait en tête du col de la Biche, marquant de précieux points au classement du maillot à pois. Après une descente ultra rapide de Gogl, les deux hommes arrivaient au pied du Grand Colombier avec moins de deux minutes d’avance sur le peloton.

Pogacar coiffe (encore) Roglic

Après trois kilomètres d’ascension, Rolland lâchait définitivement Gogl, émoussé, et partait vers une mission impossible avec à peine une minute d’avance sur un peloton de plus en plus rapide. A peine deux kilomètres plus tard sur ces pentes du Grand Colombier, Pierre Rolland était repris par le groupe des favoris. Une fin d’échappée éclipsée par la double défaillance colombienne au même moment : celles de Nairo Quintana (Arkea-Samsic) et surtout d’Egan Bernal (Ineos-Grenadiers), tenant du titre, qui comptera plus de 7 minutes de retard sur la ligne. Impitoyable, la Jumbo-Visma continuait de rouler fort devant, faisant d’autres victimes comme Guillaume Martin (Cofidis) ou Daniel Martinez (EF Pro Cycling).

Seul Adam Yates (Mitchelton-Scott) a osé attaquer le train surpuissant de la Jumbo à 7km du sommet, sans succès. Dans un col fermé au public pour des raisons sanitaires, l’équipe néerlandaise étouffait le spectacle en épuisant les derniers favoris accrochés dans sa roue, notamment Mikel Landa (Bahrain-McLaren), Tadej Pogacar (UAE Team Emirates), Rigoberto Uran (EF Pro Cycling) et Miguel Angel Lopez (Astana).

Mené par ses coéquipiers, Primoz Roglic avait une voie royale vers la victoire. Mais son attaque dans le dernier kilomètre n’a pas écarté Richie Porte et surtout Tadej Pogacar. Comme à Laruns lors de la 9e étape, Pogacar a devancé Roglic au sprint. Deuxième victoire d’étape pour lui, et un coup dur pour Roglic qui a fait rouler ses hommes toute la journée, sans gagner au bout. Le maillot jaune aura au moins la satisfaction d’avoir conforté sa tunique de leader en écartant beaucoup de prétendants. Mais pas Pogacar, qui pointe à 40 secondes. Le Tour de France prend de plus en plus des airs de championnat de Slovénie.