Tour de France : Start-up Nation, équipe israélienne, sera au départ de l'édition 2020

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Start-up Nation Israel

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Israël a dévoilé mercredi une équipe cycliste pour le Tour de France nommé "Israël Start-up Nation". Elle remplacera l'équipe suisse Katusha-Alpecin, équipe de la plus haute division le World Tour, achetée par le milliardaire israélo-canadien Sylvan Adams et d'autres investisseurs. C'est une première pour l'État hébreu qui souhaite ainsi entrer dans la cour des grands rendez-vous sportifs internationaux et présenter une image de "tolérance".

La nouvelle "Israël Start-up Nation" sera sur le Tour de France 2020. Créée sur les fondations de l'ancienne équipe Israël Cycling Academy, concourant en seconde division, la nouvelle formation a été baptisée "Start-up nation" en référence à l'esprit d'entreprise et d'innovation du pays qui se démarque notamment dans les nouvelles technologies de l'information, la médecine, l'intelligence artificielle. Elle prend la place de l'équipe suisse Katusha-Alpecin, achetée par le milliardaire israélo-canadien Sylvan Adams et d'autres investisseurs.

L'équipe aura comme leader l'Irlandais Dan Martin, qui a notamment fini 18e du dernier Tour de France. Elle comptera aussi dans ses rangs un sprinter de renom mais sur le déclin : André Greipel. Autres coureurs notables : Nils Politt, 2e de Paris-Roubaix en 2019, ainsi que le Français Hugo Hofstetter.

"C'est très symbolique"

Sylvan Adams multiplie les événements afin de faire mousser l'image de l'État hébreu à l'étranger et était d'ailleurs un des architectes du match amical de foot, le mois dernier, entre l'Uruguay et l'Argentine, avec Lionel Messi, à Tel-Aviv. "Nous aurons notre nom, Israël, au Tour de France, qui sera vu par 2,6 milliards de personnes avec nos couleurs bleu et blanc. C'est très symbolique", a déclaré à l'AFP M. Adams, précisant qu'au moins un des huit coureurs de son écurie sur deux roues sera de nationalité israélienne.

"J'espère voir un Israélien à la ligne d'arrivée du Tour de France, ce serait un événement historique", a ajouté M. Adams, qui souhaite incarner l'idée de diversité culturelle dans un État officiellement juif, mais comptant notamment quelque 20% d'Arabes, majoritairement musulmans.

Tolérance, performance

"Notre équipe rime avec diversité. Nous avons un total de 18 nationalités venant de cinq continents dans deux équipes, internationale et continentale" a souligné M. Adams lors de la présentation de l'équipe au vélodrome de Tel-Aviv, le seul du Moyen-Orient. "Or dans cette équipe continentale, nous venons de signer un coureur cycliste musulman, nous avons aussi un Druze, cela fait partie de notre approche pour la diversité et la tolérance afin de bâtir des ponts par le sport", a fait valoir l'argentier de l'équipe, dont le père avait subi les camps nazis avant d'émigrer en sol québécois.

"Le Tour de France est un rêve d'enfance... C'est un véritable honneur et un privilège pour moi de faire partie de cette équipe représentant mon pays d'origine", a insisté le coureur Guy Niv, qui avait terminé en 71e place au Tour des Alpes en 2018 et participé au coup d'envoi la même année du Tour d'Italie, qui était alors parti, exceptionnellement, de Jérusalem.En participant au Tour de France, Guy Niv est bien conscient d'écrire une page de l'histoire sportive d'Israël en devenant normalement le "premier Israélien" sur les routes du Tour de France.

Mais le principal intéressé ne veut pas s'arrêter à un rôle de figuration: "Ce n'est pas assez pour nous de simplement participer, comme au Giro, nous voulons vraiment aller de l'avant et montrer que nous appartenons (à l'élite du cyclisme) avec un premier Tour de France exaltant".

AFP