Tour de France : Seul coureur hors délai à La Loze, Jens Debusschere s'est sacrifié pour Bryan Coquard

Publié le , modifié le

Auteur·e : Clément Pons
Jens Debusschere (B&B Vital Concept).

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Seul coureur hors délai ce mercredi au terme d'une 17e étape dantesque, Jens Debusschere (B&B Vital Concept) quitte donc la route du Tour. Le Belge s'est littéralement sacrifié pour sauver le sprinteur de son équipe, le Français Bryan Coquard, en prenant tous les relais notamment dans le col de la Madeleine. Un sens du sacrifice que "Le Coq" n'a pas manqué de saluer à l'arrivée.

Quitter le Tour à quatre jours de l'arrivée aux Champs-Elysées, cela crée nécessairement une profonde déception. Jens Debusschere (B&B Vital Concept), seul coureur hors délai ce mercredi à l'issue d'une 17e étape particulièrement difficile entre Grenoble et le col de la Loze, peut toutefois être fier de son courage et de son sens du sacrifice. À lui tout seul ou presque, il a sauvé Bryan Coquard de la déroute en empilant les relais quand la route s'élevait. Un travail de l'ombre récompensé puisque le Français a pu finir dans les temps, a contrario de son coéquipier belge.

La première réaction du sprinteur tricolore une fois la ligne d'arrivée franchie laissait déjà largement deviner à quel point Debusschere lui avait sauvé la mise : "Cette journée c'était une galère... Jens m'a attendu dans la Madeleine, il a fait toute la vallée, je ne lui ai pas passé un relais et j'ai fait la dernière montée comme je pouvais. Ce qui continue à me faire avancer ? Je ne sais pas. J'ai tellement ramassé qu'on verra demain." Quelques minutes plus tard, c'est sur Twitter que "Le Coq" laissera exprimer toute sa gratitude envers son collègue d'infortune.

Un sens du dévouement à l'épreuve des délais du Tour

"J'étais avec lui à la fin mais je ne pouvais plus", expliquait le Belge une fois l'infernal col de la Loze franchi. "J'ai vu l'arrivée sur le grand écran quand moi j'étais à neuf kilomètres du sommet. Je savais déjà que ça allait être très compliqué de rentrer dans les délais. Dès le début je me sentais dans le dur. On avait le choix de sauver Bryan ou moi, et on a vite choisi. Il reste les classiques, cette année n'est pas finie. J'espère que je peux encore donner le maximum pour ça."

Equipier exemplaire dans cette journée, Jens Debusschere ne verra pas les Champs-Elysées et Paris. Mais si Bryan Coquard y remportait le traditionnel sprint, le Belge serait forcément au comble du bonheur.