Sagan devant Alaphilippe
Sagan devance Alaphilippe d'un souffle | AFP

Tour de France: Sagan (Tinkoff) enfin vainqueur au sprint lors de la 2e étape

Publié le , modifié le

Au lendemain de la victoire au sprint de Cavendish, la 2e étape du Tour de France a été remportée par Peter Sagan (Tinkoff) dans un sprint final qui s'est dessiné dans les 400 derniers mètres. Le Slovaque a pris le meilleur sur le Français Alaphilippe (Etixx) et Alejandro Valverde (Movistar) pour rafler sa 5e victoire d'étape sur la Grande Boucle, la première avec le maillot de champion du monde sur les épaules. Depuis 2013, il n'avait plus gagné. Et il endosse le maillot jaune.

La première échappée fut presque la bonne

Deux minutes. Il n'a pas fallu plus de temps pour que la première échappée sérieuse se forme lors de cette 2e étape. Parti pour conforter son maillot à pois grâce à la côté de Thorigny-les-Villes (4e catégorie) située au km10, Paul Voos (Bora-Argon) était le détonnateur. Il était rapidement suivi par son coéquipier Cesare Benedetti, le Belge Jasper Stuyven (Trek) et le Norvégien Vegard Breen (Fortuneo). Les quatre hommes unissaient leurs efforts pour réaliser l'échappée du jour, bien aidés par un peloton qui assurait un simple tempo sur un tracé qui semblait promis à un sprinteur-puncheur. L'écart a atteint 6'51. Sur le sprint intermédiaire au km107.5, Benedetti est passé le premier, et le peloton a été réglé par Greipel (Lotto-Soudal) devant Kristoff (Katusha), pour la 5e place.

Vidéo: Greipel vainqueur du sprint intermédiaire​ du peloton

A moins de 40km de l'arrivée, le peloton augmentait sa nervosité et son rythme. L'écart passait sous les 4 minutes à moins de 30km du terme de l'étape. A 25km, il ne restait plus que trois membres de l'échappée, Benedetti ayant lâché. L'épreuve de résistance était engagée, avec 3'35 d'avance. Désormais, le peloton était organisée pour revenir. A moins de 20km, l'avance passait sous les trois minutes. A 8km de l'arrivée, Jasper Stuyven accélérait dans la côte d'Octeville pour fausser compagnie à ses complices d'échappée.

Vidéo: L'accélération de Stuyven

Vainqueur de la course Kuurne-Bruxelles-Kuurne cette saison, ce spécialiste des classiques (vainqueur de Paris-Roubaix juniors en 2010, 3e de Liège-Bastogne-Liège espoirs en 2013), champion du monde juniors en 2009, frôlait une deuxième victoire dans un grand Tour, mais à moins de 400m de l'arrivée, il se faisait avaler par le peloton. Mené par les Tinkoff, le peloton fonçait. Julian Alaphilippe tentait de s'extirper de la masse, dans un final pour puncheur qui correspondait à ses qualités. Mais Peter Sagan, en costaud, mettait fin à deux éditions sans la moindre victoire, en le devançant sur la ligne pour remporter son 5e succès sur la Grande Boucle. Une victoire qui qui lui offre en même temps le maillot jaune et le maillot vert, lui qui avait pris la 3e place du sprint remporté hier par Cavendish. Le champion du monde devient le premier depuis Thor Hushovd à s'emparer du maillot jaune en ayant le maillot de champion du monde sur les épaules. 

La malchance de Porte

Faisant partie des outsiders, l'ancien coéquipier de Chris Froome, venu chez BMC, a été victime d'une crevaison dans les derniers kilomètres. Il a donc dû se résoudre à perdre du temps sur certains favoris, en concédant 1'45" sur le vainqueur du jour. Il fait partie des malheureux du jour, auxquels on peut ajouter Thbaut Pinot (FDJ), qui a perdu 11", comme Vincenzo Nibali (Astana) et Alexis Vuillermoz (AG2R).

Vidéo: La crevaison de Porte

Contador chute encore

C'est un début de Tour comme les leaders ne les aiment pas. Lors de la 1re étape, Alberto Contador avait chuté sur un îlot central. Maillot déchiré, petite frayeur mais rien de bien grave. Le problème, c'est que ce prétendant au maillot jaune est de nouveau tombé aujourd'hui, après 1h30 de course (au km 60.5) sur une chute collective, dans une étape marquée par la pluie qui tombait drue pendant une bonne partie de la journée. Et son épaule droite a encore payé les frais de cette cascade. Contraint de mener la poursuite pour combler les deux minutes de retard sur le peloton qui avait poursuivi sa route, l'Espagnol y est parvenu après 8km. Ce n'est pas tant l'effort produit qui le pénalise, mais le fait de chuter, avec les possibles douleurs qui vont l'accompagner les prochains jours. Et la crainte de tomber à nouveau... A l'arrivée, il a perdu 48" sur le vainqueur de l'étape, son coéquipier Peter Sagan.

Vidéo: La chute collective