Tour de France - Romain Bardet : "Mon château de cartes s'est effondré"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Guillaume Poisson
Romain Bardet

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Romain Bardet s'est exprimé, dans l'émission Vélo Club, sur son abandon survenu après la 13e étape du Tour de France. Le coureur d'AG2R La Mondiale est revenu sur ses espoirs douchés et sur la difficulté de prendre une telle décision.

Romain Bardet va mieux. Après sa chute sur la 13e étape du Tour, et une commotion cérébrale qui l'a contraint d'abandonner la course, le Français a profité de ses quelques jours de repos pour se remettre sur pieds. Mais son très bon début de Tour, et les circonstances de son abandon, rendent la page difficile à tourner.

"Ce qui m'a fait finir l'étape après ma chute ? Je ne sais pas si on peut parler de courage", a-t-il analysé dans Vélo Club ce mercredi. "Cette étape était celle qui me tenait le plus à cœur, on était chez moi. L'équipe avait fait un formidable travail, on était bien mieux placés qu'espéré. A ce moment-là, on ne se mettait aucune limite pour le général. Alors forcément, la première chose qui m'est venue à l'esprit, c'est de remonter sur la selle et de finir le boulot."

Peu après en conférence de presse, le coureur de la formation AG2R La Mondiale - avec qui il disputait son dernier Tour - a tenté de faire un premier bilan. "Rien n'était encore fait, tout restait à écrire. Je n’avais encore rien perdu. Ce Tour je le préparais depuis la fin de Paris-Nice. J’ai toujours eu cette ligne directrice pendant le confinement. J’étais revenu à un très bon niveau, mais est-ce que ça aurait suffi à faire un résultat ? Je ne sais pas."

"Est-ce que ma saison est terminée ? Non, je n'espère pas"

Romain Bardet est également revenu sur son état de santé une fois la ligne d'arrivée franchie : "J'ai ressenti des nausées, des maux de tête, des vertiges. Je devais m'allonger dans l'obscurité pour bien me sentir. Le médecin était sans équivoque : je ne pouvais pas reprendre la route dès le lendemain. J’ai eu quatre jours très durs après la chute, depuis 48 heures ça va nettement mieux."

Le coup est dur est à encaisser pour le coureur, qui n'était pas arrivé sur la Grande Boucle avec de grandes ambitions mais qui était pourtant parvenu à accrocher une 4e place au général après plus d'une semaine de course. "Mon château de cartes s'est effondré ce jour-là", a-t-il estimé.

L'objectif à présent pour le Brivadois ? "Repartir de zéro, poser les bases et revenir sur le devant de la scène." Peut-être même d'ici la fin de l'année. "Est-ce que ma saison est terminée ? Non, je n'espère pas. Je suis bien suivi. Je suis tombé à côté de la maison c’est l’avantage. J’attaque ma rééducation avec les médecins. Tout dépend de comment va se passer la reprise et des exercices neuro-moteurs que je vais devoir faire avant de remonter en selle. C'est vrai qu'il y a des délais incompressibles de l'ordre de trois semaines à un mois, et qu'ensuite la calendrier n'est pas très avantageux après la mi-octobre, mais on verra."