Romain Bardet et Richie Porte
Romain Bardet et Richie Porte, favoris au podium ? | SEBASTIEN NOGIER/EFE/Newscom/MaxPPP

Tour de France: Mollema, Yates, Bardet, Porte, Aru, la lutte pour le podium fait rage

Publié le , modifié le

Encore deux étapes dans les Alpes pour ce Tour de France 2016 et un enjeu: la course au podium. Celle-ci a été complètement relancée par le contre-la-montre entre Sallanches et Megèves. Romain Bardet et Richie Porte sont les grands gagnants du jour.

Qu’on se le dise, le Tour de France 2016 n’est pas fini. Le jaune de Chris Froome aura beau accrocher les yeux, c’est vers ses poursuivants qu’il faudra regarder. La bataille pour le podium est le dernier vrai enjeu de cette Grande Boucle 2016. Et quel enjeu ! Serrés avant le contre-la-montre entre Sallanches et Megève, les écarts sont encore plus fins à la veille des deux dernières étapes alpestres. Et souriez, oui la France n’a toujours pas remporté d’étape cette année et n’en remportera peut-être pas, mais un Tricolore est en course pour un podium.

Yates-Mollema, la forme en berne ?

On avait laissé Adam Yates convaincant sur les pentes de Finhaut Emosson, le jeune australien (23 ans) a souffert sur le contre-la-montre du jour. Parti vite (trop ?), le coureur d’Orica-Bike Exchange a lâché du temps sur quasiment tous ses rivaux et à l’heure qu’il est sa troisième place ne tient plus qu’à un fil. Nairo Quintana n’est qu’à 21 secondes mais surtout Bardet et Porte, les hommes en forme n’accusent plus qu’un retard de 41 et 44 secondes. Jamais mieux que 50e sur un Grand Tour, Yates va-t-il avoir du mal à conclure ?

Déjà très à la peine mercredi en Suisse, Bauke Mollema a encore montré qu’il n’est plus aussi aérien que la semaine dernière quand il suivait Chris Froome et Richie Porte sur les pentes du Ventoux. Hier, dauphin désigné du roi Froome, demain dégradé en simple membre du top 5 ? L’idée n’est pas saugrenue, le Néerlandais n’est en tout cas plus le favori au podium malgré ses 45 secondes d’avance sur Quintana et sa deuxième place actuelle.

Quintana, l’énigme

Avant-Hier, dauphin désigné du roi Froome, demain dégradé en simple membre du top 5 ? Nairo Quintana était jusqu'à mercredi aussi discret que son caractère mais depuis Finhaut Emosson Quintana est dans la lumière. A ses dépens. Depuis la Suisse, tout le monde a reçu la confirmation : le Colombien n’est pas lui-même cette année. Alors qu’il a progressé sur le chrono, Quintana a encore pris une petite claque à Megève, lâchant du temps sur Aru, Porte, Bardet et Froome évidemment. La quatrième place du vainqueur du Giro 2014 est menacée par le trio des hommes en forme. Si l’on se souviendra qu’il est toujours monté en puissance en fin de Tour dans sa carrière, difficile de l’imaginer volant vers le Mont-Blanc vendredi ou vers Morzine samedi.

Bardet-Porte-Aru, deux places pour trois ?

Et si les deux coureurs qui accompagneront Chris Froome sur le podium du Tour de France dimanche se trouvaient parmi ces trois hommes ? Si l’on dit qu’un contre-la-montre en troisième semaine se joue sur la fraîcheur, Romain Bardet, Richie Porte et Fabio Aru ont prouvé la leur. L’Italien a d’ailleurs surpris son monde en prenant la troisième place du chrono ultra-difficile entre Sallanches et Megève. Astana regrettera que son leader ait perdu du temps dans l’apocalypse andorrane, sans quoi celui-ci lorgnerait sur le podium avec un peu plus d’insistance encore. Aujourd’hui à 1’52 de Yates, Aru est pourtant un candidat à prendre au sérieux.

Sérieux, Bardet et Porte le sont aussi depuis quasiment trois semaines. L’Australien ne cesse de gagner du temps. Reste à savoir s’il ne part pas de trop loin après sa crevaison et ses deux minutes perdues en tout début de Tour. La deuxième place aurait dû lui revenir sans souci. Tant mieux pour le spectacle. Le spectacle, Romain Bardet est prêt à le faire. Entre Sallanches et Megève, le Français s’est dit « supporté comme jamais, comme dans un stade de rugby ». Sur un chrono très dur, Bardet a bluffé son monde avec une cinquième place finale. Sixième avant-hier, cinquième hier, Bardet n’a pas gagné de place jeudi mais il a gagné en crédit. Le voir sur le podium n’est plus utopique. Et ce serait magnifique.