Tour de France: Mark Cavendish peut-il battre le record d'Eddy Merckx ?

Tour de France: Mark Cavendish peut-il battre le record d'Eddy Merckx ?

Publié le , modifié le

Mark Cavendish peut-il devenir le coureur l'égal voire le tombeur d'Eddy Merckx ? Le Britannique n'aurait jamais pu tutoyer le Belge à la régulière en face à face mais il fait la course dans les livres d'histoire du Tour de France.

On croyait que le trou d’air de Mark Cavendish entre 2013 et 2015 (trois victoires en trois éditions) sur les routes du Tour de France lui avait ôté toutes chances de rejoindre Eddy Merckx dans la légende du Tour de France. Mais le règne du « Cav » sur la Grande Boucle 2016 – ses trois victoires sur quatre sprints plats – a relancé le débat. Oui Mark Cavendish est à portée de tir d’Eddy Merckx (29 victoires à 34). Oui il a le droit de rêver de devenir le coureur le plus victorieux sur les étapes du Tour de France. Notons d’emblée que le « Cannibale » n’a eu besoin « que » de sept participations pour enlever ses 34 succès contre dix aujourd’hui à son « adversaire ». C’est que le Belge était capable de gagner sur beaucoup plus de terrains que Mark Cavendish.

"Saisir les occasions"

Pour Laurent Jalabert, consultant de France Télévisions sur le Tour de France, Cavendish est déjà le « meilleur sprinteur de l’histoire du Tour de France mais il doit saisir toutes les occasions pour se rapprocher du record d’Eddy Merckx ». Justement, les occasions de briller pour les sprinteurs se comptent sur les doigts d’une main sur ce Tour 2016 : à Revel (peut-être) Montpellier, Villars-les-Dombes, Berne et Paris. Si Cavendish reste sur son pourcentage de 75% de victoires, il pourrait aller décrocher trois ou quatre succès de plus et porter son total à 32 voire 33.

32 victoires en 2016 ?

L’hypothèse est hautement optimiste pour Cavendish, d’autant plus que comme le souligne Laurent Jalabert il n’est pas évident que toutes les étapes se terminent au sprint, mais ce qui est sûr c’est que le Britannique joue une partie de sa chasse au record sur la fin du Tour 2016. S’il ne monte pas à 30 ou 31 victoires cette année, Merckx sera, selon toute vraisemblance, hors de portée. Effectivement un coup d’œil sur l’histoire récente des sprinteurs sur le Tour montre qu’il devient difficile de glaner plus de quatre étapes après 32 ans, l’âge qu’aura atteint Cavendish en 2017.

On peut considérer que Cavendish est fait d’un autre bois mais le poids des ans le rattrapera forcément un jour et peut-être rapidement. Si l’expérience compense la baisse de certaines qualités physiques, la vélocité est l’une des forces que le corps perd le plus rapidement avec l’âge. Rendez-vous à Paris donc pour faire les comptes.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot