Même avec deux vélos, Bardet a coulé

Tour de France : Les deux vélos de Bardet n'ont "rien changé" au résultat de Bardet

Publié le , modifié le

AG2R La Mondiale avait opté pour une tactique audacieuse autour de leur leader Romain Bardet : changer de vélo à la mi-course pour capitaliser sur la partie montagneuse du parcours. Mais rien n'y a fait. Romain Bardet n'avait tout simplement pas les jambes pour faire mieux.

L'audace ne paie pas toujours. La stratégie d'Ag2r-La Mondiale sur le contre-la-montre de ce vendredi avait certes le mérite de sortir des sentiers battus, mais cela n'a pas suffi pour sauver Romain Bardet du naufrage. A l'arrivée, il a concédé 2'26'' sur Julian Alaphilippe. Loin, bien loin des autres favoris du Tour. Mais pourquoi la tactique de l'équipe française n'a-t-elle pas fonctionnné ? 

Quand les jambes ne sont pas là... 

Un vélo hybride pour la première portion vallonnée du chrono, puis un vélo plus classique de contre-la-montre pour le secteur plus plat : telle était la stratégie d'Ag2r-La Mondiale. Le but était clair : capitaliser sur la portion plus montagneuse pour compenser le temps qu'il perdrait inévitablement sur les autres favoris sur la fin du parcours. Grapiller le plus de secondes pour que la chute soit moins brutale en fin d'étape. Mais dès les premiers contreforts, il a tout de suite été clair que rien ne fonctionnerait comme prévu, comme l'explique Julien Jurdie : "C'est là qu'on a senti que ça n'allait pas trop pour Romain. Il perdait du temps, au lien d'en gagner".

Là-même où le vélo hybride de Bardet devait lui faire prendre de l'avance sur ses concurrents, le Français en perdait. La stratégie devait forcément échouer à ce moment-là, puisque la suite du parcours désavantageait Bardet, et qu'il n'avait même pas encore perdu les dizaines de secondes nécessaires au changement de vélo.

"Sans ce changement, il aurait perdu plus de temps" 

Forcément, on se défend d'avoir fait le mauvais choix du côté d'Ag2r. "Alors on va forcément dire que ce changement de vélo n'était pas top, lance Julien Jurdie,  mais je vous le dis, sans ce changement, il aurait perdu plus de temps aujourd'hui" Mais alors, qu'aurait-il fallut faire? Rien. Il n'y a rien à faire quand les jambes ne répondent pas. "C'est les jambes qui ont fait la différence. Nous on a des chiffres qui nous disent que c'était pas forcément un mauvais choix ce changement de vélo(...)" 

"On perd un peu de vue le podium"

Désormais relégué à 5'46'' de Julian Alaphilippe, Romain Bardet est beaucoup trop loin pour viser la victoire finale, à moins d'un improbable retournement de situation. Et le podium ? "On perd un peu de vue le podium là, c'est une évidence" a avoué Julien Jurdie. "Mais il reste cinq grosses étapes de montagne, dont deux terribles dans les Pyrénées. On fera le point après ce week-end".   

Avec Thierry Tazé-Bernard